La chercheuse Fariba Adelkhah emprisonnée en Iran depuis deux ans

News Tank Éducation & Recherche - Paris - Actualité n°219910 - Publié le 07/06/2021 à 18:13
©  Comité de soutien à Fariba Adelkhah
©  Comité de soutien à Fariba Adelkhah

« Le 05/06/2021 marquait les deux ans de privation de liberté pour Fariba Adelkhah, détenue en Iran : un rassemblement de soutien à notre amie et collègue s’est tenu devant la Mairie de Paris centre. La lutte continue », déclare Science Po Paris, sur Twitter le 07/06.

Pour l’occasion, « la mairie de Paris a déroulé une banderole en soutien à Fariba Adelkhah devant la mairie de Paris Centre », indique le comité de soutien de la chercheuse. Cette banderole ne sera retirée qu'à la libération de la chercheuse, ajoute Marie-Christine Lemardeley Adjointe à la maire de Paris, en charge des questions relatives à l’enseignement supérieur, la vie étudiante, la recherche @ Ville de Paris • Présidente du conseil d’administration @ ESPCI Paris … , adjointe à la maire de Paris en charge de l’ESR Enseignement supérieur et recherche et de la vie étudiante, qui inaugurait cette banderole aux côtés de Bénédicte Durand Inspectrice générale de l’administration de l'éducation nationale et de la recherche @ Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (Mesri) • Directrice des études et… , administratice provisoire de Sciences Po. « Jamais la recherche ne doit mener à la prison », déclare l’adjointe à la maire de Paris.

La peine de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah à cinq ans de prison en Iran avait été confirmée en appel, le 30/06/2020.

Directrice de recherche de Sciences Po au Ceri Centre de recherches internationales , détenue en Iran depuis le 05/06/2019, Fariba Adelkhah avait été condamnée à deux peines de prison par la 15e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran, le 16/05/2020 :
• l’une de cinq ans, pour « collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale » ;
• l’autre d’un an, pour « propagande contre le système politique de la République islamique d’Iran ».

Fariba Adelkhah avait obtenu le prix de la « Femme scientifique de l’année », un des trois prix Irène Joliot-Curie, le 15/12/2020.


« Cela a trop duré » (Antoine Petit, P-DG du CNRS)

« Le CNRS Centre national de la recherche scientifique condamne avec la plus grande fermeté la privation de libertés qui affecte encore aujourd’hui Fariba Adelkhah, anthropologue talentueuse et engagée », déclare Antoine Petit Professeur des universités @ École normale supérieure Paris-Saclay (ENS Paris-Saclay) • P-DG @ Centre national de la recherche scientifique (CNRS)
, président-­directeur général du CNRS, dans CNRS Le Journal le 02/06/2021. 

« Son emprisonnement arbitraire, sa condamnation puis cette assignation à résidence constituent une grave atteinte à la libre circulation indispensable à l’exercice de la recherche. Cela a trop duré », ajoute-t-il.

Vidéo de soutien à Fariba Adelkhah

Sciences Po Paris (IEP Paris)

Catégorie : Université


Adresse du siège

27, rue Saint Guillaume
75007 Paris France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 2221, créée le 25/06/2014 à 11:09


©  Comité de soutien à Fariba Adelkhah
©  Comité de soutien à Fariba Adelkhah