Début

Le CRM Eudonet fait de l’ESR un « axe prioritaire de développement » (A. Henry, nouveau président)

Paris - Publié le mardi 16 mai 2017 à  9 h 34 - n° 93049 « L’ESRESREnseignement supérieur et recherche est devenu une spécialisation d’Eudonet au fil du temps et est aujourd’hui un axe prioritaire de développement. (…) Nous voulons aborder l’ESR avec l’assise technique d’un généraliste mais avec une compétence de spécialiste », déclare Antoine Henry, président d’Eudonet, éditeur-intégrateur de solutions CRMCRMCustomer Relationship Management, dans un entretien à News Tank, le 12/05/2017.

Antoine Henry identifie quatre enjeux pour les établissements d’ESR qui supposent de recourir davantage à un outil CRM :
« • L’internationalisation, qui suppose une démarche de prospection structurée et organisée pour mettre en place des partenariats.
• L’atteinte de la taille critique, qui passe par des fusions d’écoles et d’universités suppose de faciliter la centralisation et le partage des données.
• L’animation du réseau des étudiants : gestion de la prospection, vie de l’étudiant au sein de l’établissement (projets d’incubation), gestion des alumni pour rester au contact.
• La recherche d’autonomie et de nouveaux financements via des partenariats avec les entreprises (taxe d’apprentissage, formation continue, fondations). Cela passe aussi par la valorisation de la recherche. »

La société a été rachetée à ses fondateurs, par le fonds d’investissement Quilvest Private Equity et Antoine Henry, ancien P-DG de Sage France, société spécialisée dans les logiciels de gestion, le 29/03/2017.
© Eudonet
© Eudonet

Antoine Henry répond à News Tank

Quelle place tient l’enseignement supérieur dans l’activité d’Eudonet ?

Antoine Henry : Nous comptons 113 clients ESR en France sur un total d’un millier, ce qui génère environ 12 % de notre chiffre d’affaires. Nous travaillons avec des universités, comme Dauphine ou plus récemment Lyon 3 où l’on va équiper entre 70 et 90 utilisateurs, des IAEIAEInstitut d'administration des entreprises, des IUTIUTInstitut universitaire de technologie, des écoles de commerce (ESCP Europe et EM Strasbourg), des écoles d’ingénieurs (Mines Saint-Etienne), des fondations (HEC), ou encore des CFACFACentre de formation d'apprentis, et des écoles thématiques (architecture, beaux-arts) et des organismes de valorisation de la recherche (SattSattSociétés d’accélération du transfert de technologies, Instituts Carnot).

Quelle est votre approche de ce marché ?

L’ESR est devenu une spécialisation d’Eudonet au fil du temps et est aujourd’hui un axe prioritaire de développement. Notre stratégie est de nous appuyer sur une solution générique de relation client pour construire une solution métier et ainsi « verticaliser » Eudonet. Dit autrement, nous voulons aborder l’ESR avec l’assise technique d’un généraliste mais avec une compétence de spécialiste.

Contrairement aux approches de certains fournisseurs américains, nous voulons nous adapter aux métiers et parler le langage de nos utilisateurs.

Pour quelles activités au sein des établissements votre CRM CRMCustomer Relationship Managementest-il utilisé ?

 Nous identifions quatre enjeux majeurs auxquels nous voulons répondre. 

  • L’internationalisation, qui suppose une démarche de prospection structurée et organisée pour mettre en place des partenariats.
  • L’atteinte de la taille critique, qui passe par des fusions d’écoles et d’universités suppose de faciliter la centralisation et le partage des données.
  • L’animation du réseau des étudiants : gestion de la prospection, vie de l’étudiant au sein de l’établissement (projets d’incubation), gestion des alumni pour rester au contact.
  • La recherche d’autonomie et de nouveaux financements via des partenariats avec les entreprises (taxe d’apprentissage, formation continue, fondations). Cela passe aussi par la valorisation de la recherche.

Nos clients n’utilisent pas toujours Eudonet pour l’ensemble de leurs activités, mais l’objectif est de leur proposer une solution complète, car il n’y a rien de pire que d’avoir une relation fragmentée.

Comment vous positionnez-vous vis-à-vis de l’AmueAmueAgence de mutualisation des universités et des établissements d'enseignement supérieur ou de recherche et de support à l'enseignement supérieur ou à la recherche ?

Le CRM est un domaine applicatif en soi qui nécessite des technologies particulières que nous maîtrisons. Vis-à-vis de l’Amue, l’important est de bien nous intégrer avec les systèmes existants, en particulier Apogée pour la scolarité et le suivi pédagogique.

Quelles sont les évolutions à venir d’Eudonet ?

La dernière version dévoilée, l’édition 2017, repose sur trois grandes nouveautés :

  • La Mobilité avec l’application Eudo touch, qui permet d’avoir accès à l’ensemble du CRM à tout moment.
  • Un design et une ergonomie revus, avec des tableaux de bord encore plus personnalisables et de nouvelles manières de visualiser l’information.
  • Des extensions sur l’Eudo store qui offre la possibilité aux clients de personnaliser leur outil en utilisant des extensions fonctionnelles développées par nous-même ou nos partenaires. 

Eudonet est-il open source afin que les établissements puissent eux-mêmes faire des développements ?

Nous avons la maitrise totale du code source. J’ai le sentiment qu’on est sorti de la vision de l’open source où chacun « bricole ». Il faut un chef d’orchestre, à chacun son métier.

Mais la solution évolue avec nos clients. Nous avons travaillé avec eux sur l’évolution 2017 et essayons toujours d’avoir un administrateur référent chez chaque client. Nous réunissons ces référents une fois par an, ce qui constitue une communauté qui aime échanger car, ils sont confrontés aux mêmes problématiques.

Par ailleurs, sans entrer dans le code, un administrateur formé peut faire beaucoup de choses dans le produit en terme de modification, de personnalisation.  Et au travers de l’APIAPIInterface de programmation applicative, on peut développer des solutions externes qui vont communiquer en entrée et en sortie avec Eudonet.

Comment les établissements se saisissent-ils de l’enjeu CRM ?

Nous constatons une professionnalisation face à une concurrence accrue. On voit de plus en plus de doubles profils des administrateurs techniques qui ont la compréhension d’un modèle de données et des administrateurs fonctionnels qui sont souvent les chefs de projet internes ou les responsables marketing.

Les universités prennent-elles aussi ce tournant ?

Lyon 3 est probablement en pointe par sa capacité à professionnaliser sa relation avec les entreprises sur la taxe d’apprentissage, les chaires ou la formation continue. Mais le mouvement est général dans les universités françaises. 

Comment s’est passée votre prise de contrôle d’Eudonet ?

J’ai rencontré les fondateurs et ensemble nous sommes allés rencontrer les fonds pour choisir celui qui nous accompagnerait pour accélérer le développement de l’entreprise au niveau européen. Les trois fondateurs restent investisseurs minoritaires. Je suis moi-même président et actionnaire minoritaire, adossé à un fond de private equity.

Antoine Henry
Fiche n° 22572, créée le 28/04/17 à 10:05 - MàJ le 09/05/17 à 18:45

Antoine Henry



Parcours Depuis Jusqu'à
Eudonet
Président Mars 2017 Aujourd'hui
Mars 2017 Aujourd'hui
Anhen Conseil
Président Décembre 2016 Aujourd'hui
Décembre 2016 Aujourd'hui
Sage
EVP Global Product Marketing Avril 2015 à Juillet 2016
Avril 2015 Juillet 2016
Sage
CEO of SMB segment Sage Europe and CEO of Sage France Décembre 2010 à Mars 2015
Décembre 2010 Mars 2015
Sage
Directeur Général Délégué 1996 à 2010
1996 2010
Apple France
Directeur marketing 1987 à 1996
1987 1996
Êtablissement & diplôme Année(s)
Université Paris Dauphine - PSL
DESS Informatique de gestion 1985 - 1986
1985 1986

Fin
loader mask
1