Début

Exclusif Confinement : la stratégie et les ressources sont touchées, selon les dirigeants (NT-Adoc Mètis)

Paris - Publié le lundi 18 mai 2020 à 16 h 31 - n° 183015 65 % des dirigeants ou membres d'équipes de direction interrogés par News Tank et Adoc Mètis voient certains de leurs projets stratégiques repoussés ou menacés de l'être. Et 63 % anticipent des conséquences budgétaires négatives. C’est ce qu’indique l’enquête « Vivre et travailler confiné dans l’EsriEsriEnseignement supérieur, recherche et innovation », dont nous publions le deuxième volet, consacré à la perception de cette période par les dirigeants.

Réalisée du 03 au 23/04, l’enquête s’articulait autour d’un total 94 questions dont une partie s’adressait spécifiquement aux dirigeants et membres du comité exécutif ou de l’organe de direction des institutions de l’EsriEsriEnseignement supérieur, recherche et innovation. 23 % des 633 répondants, soit 145 personnes, ont répondu à ce volet de l'étude.

Les modalités de pilotage en période de confinement évoluent :
• La fréquence des réunions augmente : 48,8 % des répondants indiquent que l'équipe de direction se réunit plusieurs fois par semaine, alors qu’ils n'étaient que 22,8 % à le faire avant le confinement.
• L’usage de la visioconférence se généralise alors qu’il était minoritaire : 56 % des répondants n’y avaient jamais eu recours pour réunir l'équipe de direction et 37 % l’avaient pratiquée parfois.
• Dans 87 % des cas, une cellule de crise a été créée.

Les outils de pilotage semblent « tout à fait » suffisamment dématérialisés à 58 % des répondants et « en partie » à 35 %. Ils sont seulement 7 % des dirigeants à juger la dématérialisation insuffisante.

Si l’on se place du point de vue des personnels, 83 % de l’ensemble des répondants jugent la gestion de crise de leur employeur adaptée.

Pour profiter au mieux des infographies interactives de cet article, nous vous recommandons de le consulter en ligne, sur notre site internet.
© Rozol - Fotolia Rozol - Fotolia
© Rozol - Fotolia Rozol - Fotolia

Les outils et méthodes de pilotage

Principales conclusions

  • Près de neuf fois sur dix, une cellule de crise a été constituée, pour répondre à cette situation inédite.
  • Très majoritairement, les dirigeants estiment que leurs outils de pilotage sont suffisamment dématérialisés (93 % tout à fait ou en partie).
  • La visioconférence est une nouveauté : 56 % ne l’avaient jamais utilisée auparavant. 
  • La fréquence des réunions augmente.

« Dans les situations de crise, nous observons en général », énumère Hugo Gaillard, enseignant-chercheur (AterAterAttaché temporaire d'enseignement et de recherche) en GRHGRHGestion des ressources humaines à Le Mans Université :

  • « des réactions rapides, comme le passage en distanciel, la fermeture des bâtiments, la mise en télétravail des personnels non enseignants ;
  • une centralisation des décisions dans les organisations et de l’autorité, par des réunions plus fréquentes par exemple ;
  • mais aussi une stratégie de communication rapide, ficelée, différenciée (car les publics le sont) par des réunions et la mise en œuvre de cellules de crise quasi systématiquement, tout cela pour absorber le choc. »

Une cellule de crise a-t-elle été créée?

Une cellule de crise a-t-elle été créée?

Source(s) : "Vivre confiné dans l'ESRI" enquête News Tank / Adoc Mètis

La dématérialisation des outils de pilotage est-elle suffisante?

La dématérialisation des outils de pilotage est-elle suffisante?

Source(s) : "Vivre confiné dans l'ESRI" enquête News Tank / Adoc Mètis

L’équipe de direction avait-elle déjà recouru à la visioconférence pour se réunir auparavant ?

L’équipe de direction avait-elle déjà recouru à la visioconférence pour se réunir auparavant ?

Source(s) : "Vivre confiné dans l'ESRI" enquête News Tank / Adoc Mètis

Avant/après le confinement : à quelle fréquence les dirigeants réunissent-ils leurs équipes?

Avant/après le confinement : à quelle fréquence les dirigeants réunissent-ils leurs équipes?

Source(s) : "Vivre confiné dans l'ESRI" enquête News Tank / Adoc Mètis

« L’augmentation de la fréquence des réunions correspond à une tendance générale au-delà des seuls dirigeants. À distance, les modalités de coordination du travail sont différentes de ce qui se passe en présentiel », relève Romain Pierronnet, co-concepteur de l’enquête, consultant chez Adoc Mètis et chercheur associé à l’IRG (Institut de recherche en gestion, UpecUpecUniversité Paris-Est Créteil-Université Gustave Eiffel).

« Plus d’échanges à la machine à café ou au détour d’une porte ouverte : on doit davantage programmer des réunions de coordination à distance, qui présentent aussi l’intérêt d’être autant de nouvelles routines qui permettent d’adapter le lien social.

Le tout est catalysé par la situation de crise : beaucoup d’incertitudes, des changements rapides, le tout nécessite une coordination d’autant plus fréquente et réactive. » 

Des projets remis en question

Certains projets stratégiques pour l’établissement sont-ils d’ores et déjà repoussés ou menacés de l'être ?

Certains projets stratégiques pour l’établissement sont-ils d’ores et déjà repoussés ou menacés de l'être ?

Source(s) : "Vivre confiné dans l'ESRI" enquête News Tank / Adoc Mètis

« Sur le report des projets stratégiques pour les établissements, on peut distinguer deux situations », dit Romain Pierronnet :

  • « report parce que le projet ne peut pas être mis en œuvre du fait du confinement;
  • report parce que la pertinence du projet peut et/ou doit être remis en perspective avec le contexte. Sur ce dernier point, ce sera intéressant dans quelques mois de regarder quels sont les établissements qui auront pu rebondir, au-delà de la gestion de la crise ».

L’impact budgétaire de la crise

63 % des répondants s’attendent à un impact budgétaire négatif. 

Anticipez-vous des conséquences budgétaires particulières suite à la crise actuelle pour votre établissement ?

Anticipez-vous des conséquences budgétaires particulières suite à la crise actuelle pour votre établissement ?

Source(s) : "Vivre confiné dans l'ESRI" enquête News Tank / Adoc Mètis

Invités à préciser leurs craintes, ils citent :

  • les actions de mécénat stoppées ;
  • la baisse de la taxe d’apprentissage ;
  • la diminution des recettes de formation continue ;
  • des craintes sur les dotations versées par l'État;
  • la chute du nombre d'étudiants internationaux payant des frais d’inscription.

Ce que disent les répondants sur l’impact de la crise

Présentation
  • Confinement : la stratégie et les ressources sont touchées, selon les dirigeants (NT-Adoc Mètis)1/4

    « Beaucoup d’alertes financières »

    « Beaucoup d’alertes financières dans notre tableau de bord :

    • taxe d’apprentissage en forte baisse sur 2020 et 2021,
    • difficulté sur le financement de l’apprentissage (réforme négative sur le niveau de prise en charge + climat économique délétère pour l’embauche d’apprentis),
    • contribution des entreprises à la vie de l'école via des projets en partenariat (baisse redoutée),
    • activité de Formation continue attendue en contraction. »
  • Confinement : la stratégie et les ressources sont touchées, selon les dirigeants (NT-Adoc Mètis)2/4

    « Une grande partie de notre formation est en alternance »

    « Une grande partie de notre formation est en alternance, d’où des inquiétudes par rapport aux redémarrage des entreprises et leurs besoins en alternants.

    De même difficile d’anticiper comment les parents pourront ou pas financer les études des étudiants payants si eux-mêmes sont confrontés à une reprise difficile et au chômage. »

  • Confinement : la stratégie et les ressources sont touchées, selon les dirigeants (NT-Adoc Mètis)3/4

    « Les contrats avec les industriels fortement impactés »

    • « Très difficile à dire à cet instant mais on imagine plutôt une baisse des financements des entreprises (certaines vont avoir de plus grandes difficultés que d’autres). »
    • « Surcoûts liés aux retard et aux obligations de prendre en compte les précautions sanitaires dans tous les projets. »
    • « Les projets de recherche et de formation qui sont l’objet de contrat avec des industriels seront fortement impactés. »
  • Confinement : la stratégie et les ressources sont touchées, selon les dirigeants (NT-Adoc Mètis)4/4

    « Pour le moment plutôt des économies »

    « Je ne suis pas certaine de ma réponse, car je ne connais pas les implications pour les autres services. Mais pour mon service en particulier, je vois pour le moment plutôt des économies (actions culturelles annulées par exemple, ou les déplacements pour formations professionnelles).

    D’autres frais, actuellement annulés, vont peut-être se reporter sur la rentrée universitaire avec une activité plus intense qui rattrapera la période creuse. »

« On voit que les établissements sont inquiets », analyse Romain Pierronnet.

« On a vu émerger de nombreux appels à projets destinés à la recherche autour de la Covid-19, pas uniquement sur le plan de la recherche clinique d’ailleurs (par exemple celui de la région Grand Est).

Pour autant, au-delà des inquiétudes explicites et ciblées qu’ils évoquent, les établissements peuvent craindre que la crise sanitaire ne conduise à des politiques publiques revisitées autrement qu’en faisant le choix d’investir dans l’Esri.EsriEnseignement supérieur, recherche et innovation »

Les inquiétudes sur les recettes en formation continue « sont intéressantes, car a contrario, le contexte peut être l’occasion pour les établissements de développer leur offre de formation pour accompagner les salariés et les entreprises face à la Covid-19 : santé au travail, management à distance, etc. Mais c’est sans doute trop tôt pour en juger », poursuit-il. 

Les nouvelles missions des équipes de direction

« On ne note pas énormément de nouvelles activités déclarées par les répondants, hormis des tâches en lien direct avec la crise et pour assurer la communication », relève Tarik Chakor, maître de conférences en sciences de gestion à l’Université Savoie Mont-Blanc, l’un des chercheurs qui travaillent sur les données issues de cette enquête. 

Ce que disent les répondants sur leurs nouvelles missions :

  • « Il s’agit en fait d’une mission oubliée, négligée qui reprend ton sens dans ce temps de crise : la création et l’animation de la communauté de l'école (personnel et élèves). »
  • « Abandon temporaire de missions pour ne faire que de la gestion de crise. »
  • « Mise en place d’un fonds de solidarité exceptionnel pour étudiants : définition et mise en œuvre rapide ; accompagnement à la mise en œuvre de l’ensemble des formations à distance : une réussite grâce à une belle mobilisation des enseignants-chercheurs qui nous vaut les remerciements des étudiants ; réouverture de MoocMoocMassive open online courses en mode archivé ouvert, anticipation de la date d’ouverture de certains Mooc, gestions de tickets pour l’accès à des Mooc ; accélération de la mutualisation de grains de formation à distance. »
  • « Ce qui est nouveau est lié au télétravail des équipes de personnels, d’enseignants et d'étudiants. Cela suppose d’assurer que chacun est équipé, connecté, formé et en capacité de pouvoir travailler à distance. Cela suppose beaucoup d’individualisation et de formation. »
  • « Soutien psychologique accru envers les salariés et envers les étudiants. »
  • « La bascule en formation en 100 % distanciel modifie en profondeur la relation des directeurs d'établissement avec leurs enseignants et leurs équipes de responsables pédagogiques et avec les apprenants. »
  • « Il a fallu modifier certains processus pour s’adapter au non-présentiel, surtout dans le cas d’appels à projets internes à l'établissement, dont une partie est écrite (bonne adaptation) et l’autre orale (un peu plus difficile, cela prendra plus de temps qu’en présentiel). »

Gestion de la crise : ce qu’en disent les personnels

83 % indiquent que la gestion de crise de leur employeur est adaptée et 17 % inadaptée.

Vous diriez que la gestion de crise de votre employeur est...

Vous diriez que la gestion de crise de votre employeur est...

Source(s) : "Vivre confiné dans l'ESRI" enquête News Tank / Adoc Mètis

Objectifs et méthodologie de l'étude News Tank - Adoc Mètis

Présentation
  • Confinement : la stratégie et les ressources sont touchées, selon les dirigeants (NT-Adoc Mètis)1/3

    Un partenariat News Tank - Adoc Mètis

    Adoc Mètis et News Tank higher ed & research ont lancé une enquête conjointe destinée à l’ensemble des personnels du secteur de l’Esri après la mise en place du confinement, entré en vigueur le 17/03. 

    Réalisée du 03 au 23/04, l’enquête s’articulait autour d’un total 94 questions, organisées en six groupes conditionnels de sorte à ne poser certaines questions qu’à certaines catégories de répondants. Un dernier bloc de questions était commun à l’ensemble des répondants.

    L’enquête a reçu un total de 633 réponses complètes sur lesquelles s’appuient nos résultats et analyses.

  • Confinement : la stratégie et les ressources sont touchées, selon les dirigeants (NT-Adoc Mètis)2/3

    Un traitement journalistique et scientifique

    Les données collectées sont à la fois quantitatives (réponses à des questions fermées) et qualitatives (recherche de témoignages, notamment) et feront l’objet d’un traitement sous le double prisme journalistique et scientifique, avant d’être diffusées en open data.

    Les chercheurs impliqués dans l’analyse des données sont :

    • Romain Pierronnet, co-concepteur de l’enquête, consultant chez Adoc Mètis et chercheur associé à l’IRG (Upec-Université Gustave Eiffel) ;
    • Tarik Chakor, maitre de conférences en sciences de gestion à l’Université Savoie Mont-Blanc ;
    • Hugo Gaillard, Ater en sciences de gestion à Le Mans Université.
  • Confinement : la stratégie et les ressources sont touchées, selon les dirigeants (NT-Adoc Mètis)3/3

    Qui sont les répondants ?

    58,1 % des répondants sont des femmes ; 38,6 % des hommes et 3,32 % n’ont pas précisé leur genre.

    Ont répondu : 

    • 289 enseignants-chercheurs ;
    • 284 personnels d’appui ;
    • 60 personnes relevant d’autres statuts.

Fin
loader mask
1