Début

Covid-19 : quelle continuité de service dans les BU ? (Gaëlenn Gouret)

Paris - Publié le vendredi 20 mars 2020 à 16 h 02 - n° 178377 « Les bibliothèques universitaires sont un service d’appui important pour l’enseignement et la recherche. Les personnels en sont conscients et cherchent à maintenir une continuité de service depuis l’annonce de la fermeture des universités aux étudiants par le président de la République, le 12/03/2020, alors même que les BUBUBibliothèque universitaire ne sont pas toujours incluses dans les PCA (plans de continuité de l’activité) des établissements », écrit Gaëlenn Gouret, conservatrice des bibliothèques à l’UBO, dans une analyse pour News Tank, le 20/03/2020.

« Si la majorité des présidents d’université ont, dès le 12/03, pris la décision de fermer au public l’ensemble des locaux, y compris les bibliothèques, il a pu y avoir, dans quelques établissements, plusieurs heures de flottement dans l’attente d’un arbitrage ministériel sur la possibilité de maintenir ouvertes au public étudiant tout ou partie des bibliothèques universitaires », décrit-elle.

« Au cours du week-end, tous les présidents d’université ont finalement pris des arrêtés activant le PCA de leur établissement et interdisant par précaution l’accès de tous - y compris des personnels - aux campus - y compris aux bibliothèques universitaires, parfois sans même attendre les instructions du MesriMesriMinistère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation adressées le 15/03 aux établissements, ni même l’arrêté du 14/03/2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus Covid-19 (dans lequel les bibliothèques sont citées dans la catégorie S). »
© D.R.
© D.R.

Des bibliothèques universitaires mobilisées pour accompagner la communauté universitaire

Prêt illimité avant la fermeture

Dès l’annonce de la fermeture au public des établissements universitaires à partir du 16/03, les BUBUBibliothèque universitaire sont nombreuses à avoir mis en place le prêt illimité sur les journées des 13 et 14/03, pour permettre aux étudiants de faire le plein de documents utiles à la poursuite de leurs études.

À cette occasion, les conditions de prêt ont été adaptées afin d’accompagner au mieux les étudiants : emprunt exceptionnel de documents normalement exclus du prêt, date de retour prolongée, suspension des avis de retard et suppression des pénalités…

Focus sur les ressources en ligne

Pour les bibliothécaires, la situation actuelle de confinement général est l’occasion de communiquer massivement sur la documentation électronique : étendue de l’offre, modalités d’accès, tutoriels d’utilisation…

Si les chercheurs ont leurs habitudes, en revanche les étudiants sont nombreux à méconnaître ces ressources en ligne, qui présentent pourtant de nombreux avantages, devenus encore plus appréciables dans le contexte actuel : accès distant 24/7, accès simultanés, possibilités de recherche pleine texte, fonctionnalités d’annotations…

Par ailleurs, certains éditeurs commencent à élargir l’accès à leurs ressources : c’est par exemple le cas des Éditions la Découverte, qui ont annoncé rendre librement accessibles certains de leurs ebooks, avec l’accord des auteurs concernés.

Dans le domaine universitaire, Elsevier Masson est l’un des premiers à offrir temporairement à la communauté universitaire, le temps de la pandémie, l’accès gratuit à sa elibrary, qui comporte les ebooks des Collections Collège, DFGSM, Paces et Anatomie, à destination des étudiants de médecine 1er et 2e cycles.

L’AbesAbesAgence bibliographique pour l’enseignement supérieur s’est aussitôt mobilisée pour signaler ces titres dans le catalogue national du SudocSudocSystème universitaire de documentation, afin de faciliter l’accès à ces ressources.

L’éditeur Elsevier-Masson a également mis en place pour les professionnels de la santé, les chercheurs, les étudiants et le grand public, un Centre d’information sur le coronavirus, qui donne accès gratuitement à différentes informations médicales relatives au Covid-19 (conseils cliniques concernant le diagnostic et le traitement, prise en charge en matière de soins infirmiers, liens vers les autorités de santé publique mondiales…).

Ces initiatives d’ouverture des publications sont saluées par les bibliothécaires, qui appellent de leurs vœux un plus large mouvement en faveur de la science ouverte.

Le 19/03, un communiqué commun du consortium Couperin.org, de l’ADBUADBUAssociation des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation et d’EpristEpristAssociation des responsables IST des organismes de recherche appelle ainsi les éditeurs à ouvrir l’accès aux publications scientifiques.

Marc Martinez, président de l’ADBU :

« La prise de conscience par tous les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche qu’un accès libre aux résultats de la science est indispensable sera peut-être, il faut l’espérer en tous cas, un acquis du sombre épisode que nous vivons. »

 Renforcement des services à distance

Les bibliothécaires restent actifs sur leurs canaux d’information habituels (sites web, réseaux sociaux) et se mobilisent pour répondre aux questions des usagers.

Ils renforcent leur présence sur les différents services de renseignement à distance qui existent déjà (mail, chat) et accentuent les actions de médiation et d’accompagnement en ligne. D’autres services, habituellement proposés en présentiel, commencent à être assurés à distance, par téléphone ou visioconférence, comme les services aux chercheurs.

Des équipes qui s’organisent

Les bibliothécaires qui ne sont pas en situation d’arrêt maladie et sans impératif de garde d’enfant sont appelés à télétravailler.

Ces premiers jours, les équipes de direction des BU se sont attachées à gérer la logistique : recensement des personnels pouvant télétravailler et du matériel de télétravail à disposition, réflexion sur les missions se prêtant au télétravail…

Il s’agit également de réfléchir à la façon de maintenir le lien, avec les usagers, mais aussi au sein des équipes, en utilisant par exemple le mail, la visioconférence ou de nouveaux outils de communication à distance.

Pour les bibliothécaires, toutes les activités ne se prêtent pas au télétravail : c’est ainsi naturellement le cas de tout ce qui touche aux documents physiques (prêt/retour, rangement, équipement), c’est aussi le cas des activités en lien avec des partenaires également à l’arrêt (prêt -entre-bibliothèques, commandes d’ouvrages…), mais cela concerne également tout ce qui nécessite un accès aux serveurs ou des accès VPN, qui sont souvent en nombre limité dans les établissements et réservés au périmètre du PCA.

Les personnels se mobilisent pour trouver de nouvelles façons de travailler en équipe à distance, et réfléchissent à de nouveaux modes d’accompagnement des usagers.

Enfin, si la priorité est le public, la période de confinement peut aussi être l’occasion d’avancer sur des chantiers internes (rapport d’activité, mise à jour des procédures, refonte du site web ou du guide du lecteur…).

La vie de la profession également perturbée

  • Annulation des Journées Abes qui devaient se tenir les 05 et 06/05/2020 ;
  • Concours d’accès aux métiers des bibliothèques :
    • report du concours de conservateur d'État prévu les 01/02 et 02/02/2020 ;
    • maintien de la correction des épreuves des concours de bibliothécaire et bibliothécaire assistant spécialisé (correction dématérialisée)
  • Formation initiale des bibliothécaires et conservateurs à l’EnssibEnssibEcole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques :
    • réflexion sur modalités de fin de formation des bibliothécaires stagiaires de la promotion FIBE 09, le déroulement du premier semestre de formation des élèves conservateurs de la promotion DCB 29 et la fin de formation des élèves conservateurs de la promotion DCB 28 ;
    • révision des règlements de scolarité et des modalités de contrôle des connaissances, avec un impact sur les procédures de titularisation et d’affectation ;
    • annulation des stages des élèves conservateurs DCB 29 prévus en mars ;
    • annulation probable des stages d’approfondissement des élèves conservateurs DCB 28 qui devaient débuter mi-avril;
    • annulation des soutenances de mémoire des élèves conservateurs DCB 28 prévues les 25/03 et 26/03 
  • Formation continue (CRFCBCRFCBCentres régionaux de formation aux carrières des bibliothèques) : continuité pédagogique de la formation à distance.
Gaëlenn Gouret
Fiche n° 17600, créée le 18/05/16 à 09:34 - MàJ le 24/03/20 à 09:20

Gaëlenn Gouret



Parcours Depuis Jusqu'à
Livre et Lecture en Bretagne
Elue au Comité Consultatif (collège Bibliothèques) Mars 2019 Aujourd'hui
Mars 2019 Aujourd'hui
Université de Bretagne Occidentale
Conservatrice des bibliothèques, responsable du Département Numérique de la BU Juillet 2016 Aujourd'hui
Juillet 2016 Aujourd'hui
Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation
Membre de la Commission Signalement et Système d'Information Juillet 2016 Aujourd'hui
Juillet 2016 Aujourd'hui
News Tank higher ed & research
Chroniqueuse - analyste Juin 2016 Aujourd'hui
Juin 2016 Aujourd'hui
Université Paris 5 - Descartes
Stage professionnel d'élève-conservateur, service de l'Informatique documentaire de la BU Février 2016 à Mai 2016
Février 2016 Mai 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bibliothécaire, responsable de l’Action culturelle 2008 à 2014
2008 2014
Êtablissement & diplôme Année(s)
Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques
Diplôme de conservateur des bibliothèques 2016
2016
Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques
Certification de bibliothécaire 2008
2008
Université de Nantes
Maîtrise de Lettres modernes 2006
2006

Fin
loader mask
1