Début

« Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)

Paris - Publié le mardi 22 janvier 2019 à 10 h 01 - n° 137653 • « Mener une campagne de sensibilisation des chercheurs à l’impact des pratiques d’Elsevier ».
• Pour les syndicats d’ESRESREnseignement supérieur et recherche, « négocier les critères d’avancement professionnel » pour qu’ils prennent mieux en compte l’open access, ou encore « s’engager auprès des responsables publics concernés afin de les sensibiliser et de faire réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier si nécessaire ».
• Pour les organismes de recherche, « recueillir et partager des données sur l’utilisation des publications d’Elsevier » afin de peser davantage dans les négociations de licences « big deal ».
• Créer des consortia de négociation dans les pays où il n’y en a pas encore, tout en adoptant les principes de négociation de Liber (Ligue des bibliothèques européennes de rechercheLigue des bibliothèques européennes de recherche) et en partageant les tactiques des consortia allemands et suédois.

Telles sont quelques-unes des « approches stratégiques recommandées pour contester Elsevier » du rapport « Democratising knowledge : a report on the scholarly publisher, Elsevier », écrit par Jonathan Tennant, docteur en paléontologie de l’Imperial College London, également fondateur de l’archive ouverte thématique PaleorXiv et d’Open science MoocMoocMassive open online courses.

Publiée par l’Internationale de l'éducation, une organisation syndicale mondiale du domaine de l'éducation constituée en 1993, cette étude a été officiellement lancée lors de sa 11e Conférence internationale à Taiwan, le 13/11/2018.

Parmi les objectifs du rapport :
• « fournir les bases d’une étude critique du modèle d’affaires et des pratiques d’Elsevier, éditeur universitaire le plus important et le plus puissant » ;
• « contribuer à l'élaboration d’objectifs stratégiques relatifs au libre accès du public aux productions de la recherche et de l’enseignement, à la liberté universitaire, à l’autonomie des chercheurs ou encore au système de communication savante » ;
• « présenter une analyse des pratiques commerciales d’Elsevier ainsi que des études de cas de résistance à l'échelle nationale ».

« Elsevier représente l’un des plus grands obstacles à l’accès du public à la recherche et à l'éducation et, par une combinaison de stratégies agressives de tarification et de lobbying politique, fait tout son possible pour étouffer les progrès d’un libre accès et d’une recherche universitaire durable à travers le monde », écrit encore l’auteur de l'étude.
© D.R.
© D.R.

Sept « approches stratégiques recommandées pour contester Elsevier »

Présentation
  • « Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)1/8

    Liberté académique

    « Il est clair que les syndicats ont un rôle à jouer dans la remise en question des critères et cultures peu développés en matière de rendement de la recherche (c.-à-d. l’utilisation abusive du classement des revues comme mesure du rendement), ce qui pourrait catalyser et soutenir des changements plus vastes dans la communication savante vers des modèles plus justes et plus durables qui encouragent une plus grande liberté et autonomie universitaires des chercheurs.

    Négocier les critères d’avancement professionnel qui reconnaissent le libre accès et les bourses d'études ouvertes au niveau national et institutionnel sera important pour encourager un changement culturel vers une culture qui aligne équité, ouverture et liberté dans les communautés de recherche. »

  • « Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)2/8

    Propriété intellectuelle

    « Le personnel académique doit conserver les droits d’auteur de ses œuvres afin d’en préserver l’intégrité, d’en accroître la réutilisation, d’en assurer une reconnaissance appropriée et d’en maximiser la diffusion.

    Des modèles de conservation du droit d’auteur tels que le “modèle de Harvard” ou la “Scholarly communication license” du Royaume-Uni seront très efficaces à cet égard et devraient être de plus en plus adoptés afin de soutenir les droits d’auteur, alors qu’accroître la diffusion de l’information savante fonctionne par auto-archivage (green open access ou “voie verte”) ».

  • « Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)3/8

    Droit d’accès aux connaissances

    « Les longues périodes d’embargo, les frais d’abonnement élevés et les frais de publication d’articles (APC) élevés imposés par Elsevier devraient être contestés, en vue de leur réduction et de leur élimination éventuelle.

    Une campagne de sensibilisation à l’impact des pratiques d’Elsevier sur la communication savante devrait être menée pour sensibiliser les chercheurs à cet égard. »

  • « Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)4/8

    L’argent public transformé en profits privés (1/2)

    « En ce qui concerne les APC, il existe plusieurs voies possibles :

    • La première est d’encourager les bailleurs de fonds de la recherche à refuser de verser des APC aux revues hybrides d’Elsevier et, en fin de compte, d'éliminer complètement les modèles de financement hybrides.
    • La deuxième option, moins efficace, serait que les bailleurs de fonds refusent de payer les APC à moins qu’Elsevier ne mette en œuvre un mécanisme acceptable d’accord de compensation.
    • La troisième option, qui a le plus d’impact, consiste à encourager les bailleurs de fonds à financer exclusivement la publication dans des lieux purement open acess afin d’accélérer la transition vers un écosystème full open access. »
  • « Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)5/8

    L’argent public transformé en profits privés (2/2)

    « Toutes les économies de coûts associées à ces mesures devraient être réinvesties dans l'écosystème de la recherche et de la communication savantes, notamment en appuyant les infrastructures des bibliothèques et le personnel universitaire, et en créant un milieu de travail plus favorable pour eux.

    Ce plan est également aligné sur les développements récents et en cours dans l’UE en ce qui concerne le “Plan S”. »

  • « Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)6/8

    Déficit démocratique et transparence

    « Identifier les domaines où Elsevier influence directement les politiques publiques. Les syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche devraient s’engager auprès des responsables publics concernés afin de les sensibiliser et de faire réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier si nécessaire.

    De meilleures pratiques dans le traitement des contrats devraient être développées, permettant aux communautés universitaires nationales et internationales de prendre des décisions éclairées et transparentes.

    Parallèlement, les organismes de recherche doivent recueillir et partager des données sur l’utilisation des publications d’Elsevier. Ces données peuvent être utilisées pour renforcer les positions de négociation individuelles (aux niveaux institutionnel et national), ainsi que pour justifier la résiliation de licences “big deal” à des revues Elsevier groupées lorsque approprié. »

  • « Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)7/8

    Nécessité d’organiser et de former des coalitions

    « Dans les pays où des consortia de négociation n’ont pas encore été établis, ces derniers devraient être créés pour renforcer leur position contre Elsevier. Chaque coalition devrait être encouragé à adopter les principes de négociation édictés par Liber, et à s’y conformer.

    Là où des consortia négocient déjà avec Elsevier et d’autres éditeurs, ceux-ci devraient être soutenus en partageant les tactiques des consortia allemand et suédois.

    Pour réduire la perception du risque associé à l'échec de ces négociations (c.-à-d. l’absence d’accord), l’infrastructure nécessaire pour assurer la légalité des voies d’accès doit être renforcée à plusieurs niveaux ; par exemple, par l’utilisation de des services de partage de documents comme les services de prêt entre bibliothèques. »

  • « Réduire ou supprimer l’influence d’Elsevier » (Jonathan Tennant, Imperial College London)8/8

    Alternatives à Elsevier et aux solutions commerciales similaires

    « Il y a l’opportunité de mener une stratégie de coordination efficace, afin d'éviter d’utiliser le processus d’Elsevier avant que celui-ci ne soit pleinement opérationnel, et de fournir des services plus durables et des alternatives ouvertes pour les chercheurs.

    La clé est de sensibiliser les instituts de recherche et les bibliothèques à ne pas s’abonner à de tels services ou processus et de sensibiliser la population à l’importance des alternatives appartenant à la communauté.

    Un soutien supplémentaire devrait être apporté à ceux et celles qui cherchent des alternatives à Elsevier pour publier leur revue. »

« Pratiques commerciales anti-compétitives » d’Elsevier

Publication de « fausses revues » et « livres plagiés »

John Tennant liste plusieurs faits reprochés à Elsevier, parmi lesquels :

  • « Entre 2000 et 2005, Elsevier a publié six fausses revues qui ont dû être retirées du marché. Ces “revues commanditées” étaient des produits de sociétés pharmaceutiques conçus pour imiter des revues de recherche médicale légitimes à comité de lecture afin de promouvoir leurs produits, mais sans divulguer aucun de ces conflits d’intérêts.
  • En 2017, il a été révélé qu’Elsevier a publié un livre basé sur du contenu plagié et copié/collé depuis LinkedIn.
  • Dans le même ordre d’idées, il est également devenu évident qu’Elsevier pourrait enfreindre la loi sur les marques de commerce en “faisant passer” l’une de leurs revues pour un équivalent de Science, une revue savante très populaire publiée par l’American association for the advancement of science.
  • En 2017, un problème similaire est apparu, montrant que Elsevier était notoirement nonchalant dans le traitement des cas de plagiat. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un faux journal en soi, Elsevier publie la revue Homeopathy, qui non seulement publie des pseudosciences, mais qui a également été retirée de la liste du classement de Thomson Reuter en 2016 en raison d’auto-citations excessives. »

Refus d’ouvrir les données de citation

« En avril 2016, plus de 60 maisons d'édition se sont jointes à l’Initiative for Open Citations (I4OC) pour ouvrir leurs données de citation dans Crossref [1] ; cependant, Elsevier a été l’un des rares grands éditeurs à refuser de participer, bien qu’ils aient déposé environ un tiers de toutes les références d’articles dans Crossref. Ceci est très probablement dû au conflit financier avec Scopus, la base de données de citations par abonnement d’Elsevier, qui pourrait survenir en raison de la disponibilité gratuite de ces données bibliographiques.

Une analyse effectuée en 2017 a montré que sur les 470 008 522 références d’articles de revues stockées dans Crossref encore fermées, 65,10 % proviennent de revues publiées par Elsevier. Encore une fois, cette posture claire positionne Elsevier comme l’un des acteurs les plus régressifs de la communication savante ouverte. »

Autres pratiques jugées « étranges »

  • « Elsevier a séduit les gens en utilisant des cartes-cadeaux Amazon de 25 $ à toute personne qui laisserait une critique cinq étoiles sur l’un de leurs titres publiés.
  • Elsevier a été pris en flagrant délit de vente d’articles “gratuits” ou en libre accès. Ce problème apparemment technique est resté en suspens même des années après avoir été notifié.
  • Elsevier a manipulé ses facteurs d’impact. Avec d’autres maisons d'édition, Elsevier retarde délibérément les dates de publication des versions en ligne des manuscrits par rapport aux versions imprimées, ce qui a pour conséquence d’augmenter artificiellement le facteur d’impact des revues concernées. »

Autres points remarquables du rapport

Campagnes de boycott

« Au début de juin 2018, le plus grand boycott populaire actuel de tous les éditeurs universitaires, The Cost of Knowledge, comptait plus de 17 000 signataires, qui ont accepté de ne pas écrire, réviser ou réviser exclusivement pour Elsevier », signale le rapport.

« Ce boycott, lancé en janvier 2012 et inspiré par Tim Gowers [mathématicien anglais], était basé sur les pratiques commerciales d’Elsevier, y compris des prix et des profits excessivement élevés, et le lobbying en faveur de politiques qui visent à restreindre le libre échange d’informations ».

L’auteur note cependant comme « peu probable que, à grande échelle, le boycott continue d’avoir un impact substantiel sur les comportements éditoriaux d’Elsevier en raison de son succès modeste et de son faible taux de croissance ».

Retournements de comités éditoriaux ou « flipping »

John Tennant retrace également un cas de « flipping », ou retournement, du comité éditorial d’une revue appartenant à Elsevier, parti ensuite recréer une revue similaire mais en libre accès.

« En novembre 2015, l’ensemble du comité de rédaction du journal Lingua d’Elsevier a démissionné après le rejet de leur demande de conserver les droits d’auteur de leurs propres œuvres et de fournir des APCAPCArticle processing charge à juste prix. Le comité de rédaction a réformé un nouveau journal en open access, Glossa, avec des APC nettement inférieurs (400 $ contre 1 800 $ chez Lingua).

Par la suite, la revue Cognition a demandé à Elsevier de réduire considérablement ses coûts et une pétition compte actuellement plus de 1 600 signataires. »

Lancement d’une nouvelle revue en open acces après un « flipping » du comité éditorial, le 14/01/2019

Lancement d’une nouvelle revue en open acces après un « flipping » du comité éditorial, le 14/01/2019

Le 10/01/2019, les 29 membres du comité éditorial du JOI (Journal of informetrics), une revue appartenant à Elsevier, ont annoncé leur démission à l’unanimité, sur fond de désaccord sur la politique d’Elsevier en matière d’ouverture des données de citation, d’APC et de propriété de la revue.

Le 14/01, l’Issi, société savante de scientométrie, annonçait le lancement de sa propre revue en accès libre, QSS (Quantitative science studies), avec un comité éditorial initial composé de l’ensemble des membres de l’ancien comité éditorial du JOI.

Elsevier contre ResearchGate et Sci-Hub

L'étude retrace deux batailles juridiques ayant opposé les plateformes ResearchGate et Sci-Hub en 2017.

« Ce qui est intéressant dans ces deux développements avec ResearchGate et Sci-Hub, c’est qu’au lieu de les considérer comme les marqueurs d’un problème d’accès qu’ils ont créé, Elsevier cherche plutôt à punir ces sites et fait peu de choses pour remédier au problème.

De fait, lorsqu’un sondage informel sur Twitter demandait “Qu’est-ce qui cause le plus de dommages à la communauté universitaire”, 95 % ont voté pour Elsevier, et seulement 5 % pour Sci-Hub (avec 956 votes au total). Inversement, en s’attaquant à des plates-formes qui font activement la promotion d’une large diffusion des connaissances (par tous les moyens jugés nécessaires), Elsevier s’y oppose explicitement. »

La France, Elsevier et les grands éditeurs vus par John Tennant

« En 2014, il a été révélé que le ministère français de la recherche avait signé un contrat de cinq ans avec Elsevier pour 172 M€, pour l’accès à environ 2 000 revues dans 476 universités et hôpitaux.

En début d’année 2018, il est apparu que le consortium national de négociation, Couperin, composé de plus de 250 institutions académiques et en lien avec d’autres organismes de recherche français, entamait de nouvelles négociations à l'échelle nationale avec les éditeurs. L’une des conséquences de cette situation a été qu’en mars 2018, Couperin a annoncé qu’il annulait tous ses abonnements à Springer Nature, sur fond de désaccord concernant l’open access et le coût des contrats de licence.

Ici, le SNCS-FSUSNCS-FSUSyndicat national des chercheurs scientifiques - Fédération Syndicale Unitaire, l’un des affiliés de l’Internationale de l'éducation, a joué un rôle important en publiant récemment un numéro spécial sur le business de l'édition scientifique, en mettant en lumière les questions éthiques et financières qui entourent Elsevier et d’autres grandes maisons d'édition. »

Le Mesri favorable à une reconduction de la licence nationale en 2019

Le Mesri favorable à une reconduction de la licence nationale en 2019

Bernard Larrouturou, DGRI, a annoncé la volonté du Mesri de reconduire un contrat de licence nationale avec Elsevier à compter de 2019.

« S’agissant des négociations avec Elsevier, comme pour les années précédentes, nous avons choisi de renouveler le mode de gestion actuel. Nous aurons à verser le prix d’une licence nationale retenue sur une partie de la dotation des établissements, avec l’idée que les économies qui seront faites au niveau national donneront lieu à un versement à chaque établissement, qui en verra donc le bénéfice et pourra l’utiliser pour financer la science ouverte. L’autre partie de ces économies servira à abonder un Fonds national pour la science ouverte, l’une des mesures du plan national pour la science ouverte », indiquait-il à l’occasion de la première édition des Journées nationales de la science ouverte, le 04/12/2018 au Mesri.

« Il est hors de question [pour le Mesri] que la prochaine licence nationale s'étale sur une période de cinq ans, voire même de quatre ans », précisait Marin Dacos, conseiller pour la science ouverte auprès du DGRI, à News Tank, le même jour.

Tennant Jonathan
Fiche n° 33871, créée le 16/01/19 à 11:04 - MàJ le 16/01/19 à 11:10

Tennant Jonathan



Parcours Depuis Jusqu'à
Open science Mooc
Fondateur Septembre 2017 Aujourd'hui
Septembre 2017 Aujourd'hui
PaleorXiv
Fondateur Août 2017 Aujourd'hui
Août 2017 Aujourd'hui
ScienceOpen
Directeur de la communication Janvier 2016 à Décembre 2017
Janvier 2016 Décembre 2017
Société géologique de Londres
Stagiaire Mai 2012 à Octobre 2012
Mai 2012 Octobre 2012
Êtablissement & diplôme Année(s)
Imperial College London
Doctorat en paléontologie 2012 - 2016
2012 2016

Internationale de l'éducation
Fiche n° 8108, créée le 16/01/19 à 04:08

Internationale de l'éducation

L’Internationale de l’éducation (IE) est une organisation syndicale mondiale du domaine de l'éducation constituée en 1993.


Elsevier
Fiche n° 4718, créée le 16/02/17 à 02:50 - MàJ le 14/06/19 à 12:20

Elsevier

Elsevier est un groupe éditorial, filiale de la multinationale néerlando-britannique Relx Group. C’est l’un des plus gros éditeurs mondiaux de littérature scientifique.


  • Catégorie : Divers privé
  • Maison mère : Relx Group



Elsevier
Radarweg 29, 1043NX, Amsterdam
1000 Amsterdam - PAYS-BAS
vCard meCard .vcf VCARD

[1] Crossref, de son vrai nom Publishers international linking association, est une organisation à but non lucratif créée en 1999 dans un effort de coopération entre les éditeurs, afin de permettre l’uniformisation, entre autres, des revues académiques en ligne, via des identifiants numériques, les DOI.

Fin
loader mask
1