Hausse de la part de femmes parmi les auteurs de publications scientifiques en Europe (Elsevier)

News Tank Éducation & Recherche - Paris - Actualité n°182213 - Publié le 18/05/2020 à 17:07
- +
©  D.R.
©  D.R.

• La part de femmes parmi les auteurs de publications scientifiques a augmenté de 9,2 points entre 1999-2003 et 2014-2018, dans l’Union européenne. Elle est à la hausse dans tous les pays étudiés.
• Les hommes sont plus nombreux parmi les auteurs ayant un long historique de publication et les femmes le sont davantage parmi ceux ayant un court historique de publication.
• Les femmes sont moins nombreuses que les hommes parmi les bénéficiaires de subventions et les demandeurs de brevets.
• L’attitude des chercheurs à l'égard de la diversité et de l'égalité entre les sexes varie considérablement entre les hommes et les femmes.

Telles sont les principales conclusions du rapport d’Elsevier « The researcher journey through a gender lens », publié en mars 2020. Il s’agit d’une étude sur le « gender gap » dans la participation à la recherche et la progression de carrière des chercheurs au sein de l’Union européenne et dans 15 pays hors UE. Celle-ci se base sur les données d’Elsevier ainsi que sur des entretiens menés avec des experts à l’échelle internationale.

Il s’agit du troisième rapport d’Elsevier sur l’enjeu du genre dans la recherche. Selon le rapport de 2017, « Gender in the global research landscape », la proportion de femmes parmi les chercheurs varie entre 20 et 49 % dans 12 pays. En 2018, selon les chiffres de l’Unesco Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture , 28,8 % des chercheurs dans le monde étaient des femmes.


« D'énormes progrès pour et par les femmes dans la recherche » au cours des 50 dernières années

Selon Kumsal Bayazit, « première femme P-DG Président(e)-directeur(rice) général(e) des 140 ans d’histoire d’Elsevier », « les 50 dernières années ont vu d'énormes progrès pour et par les femmes dans la recherche ».

Les disparités persistent, avec un nombre plus élevé de femmes quittant la recherche »

« Les femmes représentent aujourd’hui une part plus importante que jamais des diplômés en STEM Science, technology, engineering and mathematics et en médecine, et l’on cherche de plus en plus à favoriser une participation équilibrée en tenant compte de la dimension du genre dans la recherche, et dans la recherche sur le genre elle-même.

Mais nos dernières observations indiquent que les disparités persistent, avec une croissance plus lente du nombre d’articles publiés par des femmes, un nombre plus élevé de femmes quittant la recherche, et des domaines de recherche sous-étudiés ».

« Nous travaillons activement à promouvoir une culture inclusive au sein d’Elsevier, notamment en améliorant les parcours des femmes vers des postes de leadership, et en introduisant plus de souplesse pour favoriser un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée », affirme la P-DG d’Elsevier. Un effort mené par la Global head of inclusion & diversity d’Elsevier, précise-t-elle.

Elle annonce par ailleurs le lancement d’un Inclusion and diversity advisory board (Conseil consultatif sur l’inclusion et la diversité), « qui réunit les réflexions de dirigeants éminents de la communauté internationale de la recherche et des soins de santé ».

Publications des chercheurs : « Plus proches de la parité des sexes aujourd’hui qu’il y a dix ans »

Le part de femmes parmi les auteurs de publications scientifiques augmente dans tous les pays étudiés, toutes disciplines confondues entre 1999-2003 et 2014-2018, d’après le rapport d’Elsevier.

La situation varie d’un domaine de recherche à l’autre. Ainsi, on se rapproche de la parité entre les sexes en sciences de la vie et en santé. Dans d’autres domaines, comme les sciences infirmières et la psychologie, les femmes représentent désormais la majorité des auteurs. Les hommes restent toutefois majoritaires en sciences physiques, notamment.

En outre, les hommes sont plus souvent cités en tant que dernier auteur des publications et en tant qu’auteur correspondant.

51 % d’auteures de publications scientifiques en Argentine en 2014-2018

L'Argentine est le pays étudié le plus proche de la parité entre les sexes en ce qui concerne les auteurs de publications scientifiques, avec 51 % de femmes parmi eux, entre 2014 et 2018. C’est aussi le pays où cette part a le moins progressé entre 1999-2003 et 2014-2018, d’après l'étude l’Elsevier : +4,5 points.

Au contraire, le Japon est le pays présentant la plus faible féminisation des auteurs de publications scientifiques, entre 2014 et 2018. Cette part avait augmenté de +5,1 points entre 1999-2003 et 2014-2018.

Les plus fortes augmentations de la part de femmes dans les auteurs de publications au cours de la période étudiée se trouvent en Allemagne (+11,5 points), et au Canada (+10,1 points).

Quant à la France, avec 38,9 % de femmes parmi les auteurs de publications scientifiques en 2014-2018, elle se situe juste au-dessus de la moyenne de l’UE (38,5 %). Son avance par rapport à la moyenne européenne a diminué : en 1999-2003, le taux de féminisation en France était de 32,8 %, contre 29,3 % en moyenne dans l’UE.

Evolution de la part de femmes parmi les auteurs de publications scientifiques

Entre les périodes 1999-2003 et 2014-2018

Note : Toutes disciplines confondues.
Source(s) : Elsevier

Évolution du nombre moyen de publications parmi les auteurs actifs, par genre

Comparaison entre la période 1999-2003 et la période 2014-2018.

Note : F : femmes.
H : hommes.
Source(s) : Elsevier

Diminution du ratio femmes/hommes parmi les auteurs tout au long de la carrière

D’après le rapport d’Elsevier, le pourcentage de femmes qui continuent à publier au fil du temps est inférieur à celui des hommes. La baisse de ce ratio sur le long terme explique « que les hommes publient davantage, ont un plus grand impact en termes de publications, ainsi qu’une meilleure progression de leur carrière internationale », précise l'étude.

En outre, le ratio femmes/hommes dans les auteurs diminue au cours des dix années suivant la première publication, dans tous les pays à l’exception du Portugal.

Un préjugé sexiste dans la pratique des citations »

Enfin, en moyenne, l’impact des publications des premiers auteurs masculins, mesuré à partir des citations, est plus élevé que celui des femmes, « ce qui laisse supposer un préjugé sexiste dans la pratique des citations », indique le rapport.

Plus largement, tous auteurs confondus, l’impact des publications des femmes, pondéré par domaine, est près de 2 % moins élevé en moyenne dans l’UE que celui des publications des hommes, sur la période 2014-2018. Toutefois, en France, comme en Allemagne et au Royaume-Uni, cet impact pondéré est plus élevé pour les femmes que pour les hommes. C’est en particulier le cas au Royaume-Uni, où il est plus élevé de 4,76 % pour les femmes que pour les hommes.

Comparaison homme/femme : impact des publications des auteurs actifs, pondéré par domaine (2014-2018)

Impact mesuré à partir des citations des publications

Note : * Se lit : l’impact moyen des publications des auteurs actifs, pondéré par domaine, est de 0,38 % plus élevé pour les femmes que pour les hommes en France, sur la période 2014-2018.
Source(s) : Elsevier

Expérience internationale : les hommes, plus susceptibles de voyager hors de leur pays d’origine

« Les expériences internationales sont associées à une meilleure rétention des auteurs, et les hommes sont plus susceptibles que les femmes de voyager en dehors de leur pays d’origine au cours de leur carrière », souligne le rapport.

Parmi les auteurs qui publient en dehors de leur pays d’origine, les hommes sont plus susceptibles de continuer à publier sur le long terme, et leurs publications ont un impact plus important dans les citations.

De manière générale, tous pays et domaines de recherche confondus, les hommes ont plus de coauteurs que les femmes, l'écart se creusant à mesure que l’historique des publications s’allonge, « ce qui contribue probablement à ce que les hommes aient une production de publications plus importante que les femmes », souligne le rapport.

Concernant les collaborations internationales, les femmes et les hommes ont autant de coauteurs - sauf dans l’UE, où les hommes établissent plus de collaborations internationales que les femmes. Les hommes et les femmes collaborent de préférence avec des auteurs du même sexe.

Une communication et une action sur le genre à adapter par genre

Par ailleurs, selon l'étude, les chercheurs ont des attitudes différentes sur la question du genre dans le monde universitaire (recrutement, promotion des mesures visant à favoriser l’égalité, etc.), en fonction de l’importance qu’ils accordent à la diversité et à l’inclusion des genres et « selon la perception qu’ils ont du système universitaire comme étant équitable ».

Les répondants ont exprimé des opinions divergentes sur les causes des préjugés sexistes.

« Ces résultats montrent la nécessité pour les institutions, les organisations et les décideurs politiques d’adapter leurs stratégies de communication en matière de diversité et d’inclusion des genres pour tenir compte de ces différentes perspectives, et faire en sorte que ces initiatives puissent pleinement réussir ».

Elsevier

Elsevier est un groupe éditorial, filiale de la multinationale néerlando-britannique Relx Group. C’est l’un des plus gros éditeurs mondiaux de littérature scientifique.


Catégorie : Divers privé
Maison mère : Relx Group


Adresse du siège


Contact : Agne Karose - PO : 450027250
Radarweg 29
V.A.T. reg. No : NL005033019B01
1043NX Amsterdam Pays-Bas


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 4718, créée le 16/02/2017 à 02:50 - MàJ le 14/06/2019 à 12:20


©  D.R.
©  D.R.