Début

Oraux du concours Polytechnique : un maintien « préjudiciable » et « irrespectueux » (UPS et UPSTI)

Paris - Publié le mercredi 22 avril 2020 à 16 h 20 - n° 181279 « Le maintien des oraux de Polytechnique est une décision avant tout préjudiciable pour les candidats de CPGECPGEClasse préparatoire aux grandes écoles et peu soucieuse de l’effort collectif [des opérateurs de concours, des écoles et des acteurs politiques]. L’UPSUPSUnion des professeurs de classes préparatoires scientifiques regrette cette échappée solitaire, car elle fragilise le dispositif de préparation des élèves et impose une pression malvenue aux étudiants », déclare Mickaël ProstMickaël Prost, président de l’UPS, à News Tank, le 22/04/2020.

L'école annonçait le 21/04/2020 cette décision alors que les autres opérateurs de concours post-CPGE d’accès aux écoles d’ingénieurs ont choisi de supprimer leurs épreuves orales.

« Une question est sur toutes les lèvres. L'École polytechnique serait donc la seule grande école française dont les spécificités sont telles qu’elle pourrait s’arroger le droit d’imposer un fonctionnement singulier à tous les candidats ? L'école justifie le maintien d’oraux par une volonté d'équité et un souci de la diversité. Il revient à l’X d’expliquer les raisons qui la poussent à croire que les élèves issus de milieux modestes tireront parti de la situation actuelle. Et sans doute de préciser en quoi les déplacements des candidats provinciaux et ultramarins pour une journée seulement d'épreuves orales est source d'équité », ajoute le président de l’UPS.

Pour Sébastien GergadierSébastien Gergadier, président de l’UPSTIUPSTIUnion des Professeurs de Sciences et Techniques Industrielles exerçant en Classes Préparatoires aux Grandes écoles, ce maintien est « irrespectueux pour les candidats. Les arguments que Polytechnique évoque sont valables pour les autres concours [un “souci d'équité pour les candidats” et ”la diversité d’une promotion”]. De plus la visite médicale aurait pu être décalée à septembre ou décentralisée ».

Selon lui, « il y a peut-être d’autres arguments, qui ne sont pas donnés, et qui justifient ce maintien. Quels sont ces autres arguments ? Les résultats des écrits ne satisfont peut-être pas totalement tous les critères que l’école se fixe. Le maintien des oraux s’impose peut-être pour garantir un minimum de diversité dans les recrutements ? Nous nous posons des questions sur cette décision, qui sont légitimes ».

Autre point soulevé par Mickaël Prost : « Cette volonté de maintenir les oraux de Polytechnique explique, en grande partie, l’établissement tardif du nouveau calendrier des concours [stabilisé le 22/04], qui a déjà ajouté du stress aux préparationnaires. Cette décision passe d’autant plus mal dans la communauté des classes préparatoires ».
Mickaël Prost (UPS) et Sébastien Gergadier (UPSTI) - © Dr
Mickaël Prost (UPS) et Sébastien Gergadier (UPSTI) - © Dr

Le point de vue de l’UPS sur le nouveau calendrier des concours et le maintien des oraux de Polytechnique

Le report de toutes les épreuves écrites

Mickaël ProstMickaël Prost, président de l'UPSUPSUnion des professeurs de classes préparatoires scientifiques , veut « louer le travail remarquable » des membres du comité opérationnel de pilotage présidé par Caroline PascalCaroline Pascal.

« Le comité a favorisé une réelle concertation entre les ministères, les grandes écoles, les opérateurs de concours et les associations de professeurs. Ces efforts collectifs visent à garantir qualité et équité des processus de sélection dans l’intérêt premier des étudiants malgré la situation inédite que nous traversons. L’annonce du maintien de l’ensemble des épreuves écrites, telles qu’initialement prévues, a été un soulagement pour tous les candidats ».

Selon lui, l’organisation du report des écrits est bien engagée, mais néanmoins loin d'être achevé puisqu’il revient aujourd’hui au comité de pilotage et aux opérateurs de concours d’affiner le processus en supervisant, entre autres, les réservations de centres d'écrits et en établissant un protocole sanitaire strict pour assurer la sécurité des candidats et des personnels de surveillance.

La suppression de la plupart des oraux à cause d’un risque de distorsion dans la préparation

Les concours d’entrée en écoles d’ingénieurs « ont tous, à une exception notable près, renoncé à organiser des épreuves orales disciplinaires, eu égard aux contraintes lourdes qu’elles auraient faisaient peser sur les candidats. Nous nous félicitions de ce modus operandi à la fois pragmatique et respectueux des candidats qui sortiront durement éprouvés de deux mois de confinement », déclare Mickaël Prost.

« De plus, les étudiants de deuxième année de CPGECPGEClasse préparatoire aux grandes écoles pourraient reprendre des cours en présentiel, comme l’a suggéré Jean-Michel BlanquerJean-Michel Blanquer, le 15/04/2020. Les écoles ont conscience que la réouverture de certaines classes préparatoires, en fonction des régions, pourrait introduire une distorsion importante dans la préparation à l’oral. »

Le maintien des oraux de Polytechnique

Après les déclaration du ministre de l'éducation, l’annonce du maintien des oraux a surpris l’UPS.

« La réouverture de certains lycées permettra une préparation intensive de l’oral et un travail efficace quand d’autres établissements resteront fermés. Cela crée un biais de préparation qui va, de fait, entacher les résultats du concours.

Est-ce une façon de mesurer le mérite individuel des candidats ? Nous pensions que cela pèserait dans la balance. Les ENSENSEcole normale supérieure elles-mêmes ont choisi d’abandonner les épreuves orales, à contrecœur comme toutes les écoles d’ingénieurs », indique Mickaël Prost.

Pour le président de l’UPS, le seul enjeu aujourd’hui doit être « la réussite des écrits, que ce soit en termes de préparation des candidats, de dynamique de travail et de motivation, de réorganisation des centres d'écrits avec réaffectation des candidats pour limiter les déplacements et la trop grande concentration d'étudiants sur un centre. Avec comme seule ambition de faire composer nos étudiants dans les conditions les plus favorables possible. Le défi est déjà grand, il est donc déraisonnable d’ajouter de la complexité à la complexité ».

Rouvrir les CPGE, « lycée par lycée » (Jean-Michel Blanquer, le 15/04)

Rouvrir les CPGE, « lycée par lycée » (Jean-Michel Blanquer, le 15/04)

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation, déclare sur la chaine d’information LCI, le 15/04/2020 :

Sur les CPGE et les BTS, « à partir du moment où les lycées vont rouvrir, on doit ouvrir la possibilité pour eux aussi de rentrer. C’est particulièrement vrai pour ceux qui ont un concours à passer ultérieurement, comme c’est le cas des classes préparatoires. Et là, lycée par lycée, cela pourra être rendu possible. Nous donnerons les règles précises de cela dans deux semaines ».

Union des Professeurs de classes préparatoires Scientifiques

Fiche n° 2004, créée le 05/05/14 à 12:32 - MàJ le 15/05/17 à 12:36

Union des Professeurs de classes préparatoires Scientifiques

Union des professeurs de classes préparatoires scientifiques.



Union des Professeurs de classes préparatoires Scientifiques
3, rue de l'École Polytechnique
75005 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Union des Professeurs de Sciences et Techniques Industrielles

Fiche n° 4993, créée le 05/05/17 à 10:50

Union des Professeurs de Sciences et Techniques Industrielles

Union des Professeurs de Sciences et Techniques Industrielles exerçant en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles.


Fin
loader mask
1