Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Learning Planet Festival : « Fédérer une communauté de pionniers, donner à voir la transformation »

News Tank Éducation & Recherche - Paris - Interview n°276369 - Publié le 12/01/2023 à 10:51
- +
©  ArtDesk
©  ArtDesk

« Organisé autour de la Journée internationale de l’éducation (24/01), en partenariat avec l’Unesco Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture , le Learning Planet Festival est un temps fort annuel permettant de fédérer une communauté de pionniers, de faire mouvement et donner à voir que la transformation des modèles éducatifs est nécessaire, que de nouvelles approches existent et sont d’ores et déjà mises en œuvre avec succès à travers le monde », déclare Olivier Bréchard, directeur du festival organisé du 24 au 28/01/2023 par le Learning Planet Institute (ex-CRI Paris).

Ce festival qui tient sa quatrième édition s’inscrit dans l’alliance Learning Planet qui vise à « fédérer l’ensemble des acteurs qui œuvrent dans le monde à la réinvention des modèles d’apprentissage ».

Quelque 400 événements en ligne et en présentiel sont inscrits sur la plateforme du festival.

« L’édition 2023 devrait marquer une nouvelle étape en France avec la multiplication des événements locaux, et à l’international en mobilisant toujours plus autour de l’éducation à la durabilité notamment », estime-t-il au cours d’un entretien croisé avec François Taddei Directeur de recherche @ Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) • Professeur @ Université Paris 5 - Descartes • Fondateur @ Learning Planet Institute (LPI) • Directeur … , co-directeur de Learning Planet Institute, et Gaell Mainguy, directeur général adjoint. 

Ce dernier annonce la mise en place d’une communauté de pratique, le « Transitions in Higher Education Circle », avec Arizona State University au cours du festival. 

« L’enseignement des transitions doit passer par la transition de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’ESR Enseignement supérieur et recherche doit évoluer au moins aussi vite que son environnement », déclare aussi François Taddei.


« Un temps fort annuel permettant de fédérer une communauté de pionniers »

Rappelez-nous quand et pourquoi le CRI Centre de recherches interdisciplinaires est devenu le LP Licence professionnelle I ?

François Taddei - ©  LPI
François Taddei : En mars 2019, le CRI et l’Unesco Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture ont signé un accord pour créer ensemble une “Open alliance for the future of learning”, ou alliance pour fédérer l’ensemble des acteurs qui œuvrent dans le monde à la réinvention des modèles d’apprentissage tout au long de la vie (éducation/formation).

Cette alliance, qui a pris le nom de Learning Planet en juillet 2019, s’inscrit dans la droite ligne des travaux menés par le CRI depuis sa création. Réinventer l’éducation et la formation tout au long de la vie au service d’un avenir plus équitable et plus durable, nécessite de démontrer une capacité à agir de manière fractale, à l’échelle des individus, d’une communauté, d’une ville, d’un pays, mais aussi à l’échelle de la planète.

L’initiative Learning Planet s’étant rapidement développée depuis mars 2019, le CRI cherchant des partenaires pour poursuivre son action dans le monde entier, l’idée de changer de nom pour devenir le Learning Planet Institute s’est imposée fin 2021. 

Comment s’est développé le festival ? Quel est le rôle du LPI et des partenaires impliqués ?  

Olivier Bréchard - ©  D.R.
Olivier Bréchard : L’alliance Learning Planet est dès l’origine conçue comme un “middle-ground”, un espace qui permet de réunir autour de priorités partagées les institutions (ou “upper-ground”) et les acteurs de terrain (“on-the-ground”), comme les enseignants, les entrepreneurs sociaux, les étudiants et organisations de jeunesse, les activistes, les start-up, etc. 

Le Learning Planet Festival n’est donc qu’une composante de l’initiative Learning Planet. Organisé autour de la Journée internationale de l’éducation (24/01), en partenariat avec l’Unesco, il est un temps fort annuel permettant de fédérer une communauté de pionniers, de faire mouvement et donner à voir que la transformation des modèles éducatifs est nécessaire, que de nouvelles approches existent et sont d’ores et déjà mises en œuvre avec succès à travers le monde.  

La première édition du festival a pris la forme d’une conférence au siège de l’Unesco le 24/01/2020.  

En janvier 2021, en raison du Covid, la Journée internationale de l’éducation et le festival ont eu lieu intégralement en ligne : 250 sessions, talks et conférences pour l’essentiel. L’alliance Learning Planet s’est structurée dans la foulée autour de cercles, ou communautés de pratiques sur des axes prioritaires (engagement de la jeunesse, transformation de l’enseignement supérieur, éducation à la durabilité…).. 

Le Learning Planet Festival a vraiment pris son envol en janvier 2022 : 250 partenaires de l’alliance ont co-organisé avec le Learning Planet Institute quelque 500 événements en France et dans le monde, mobilisant une semaine durant près de 23,000 participants de 163 pays. 

Les événements se tiennent-ils cette année à distance ou en présentiel ?

Olivier Bréchard : Le festival est conçu pour se déployer simultanément en ligne et en présentiel, à l’échelle locale, nationale et internationale ! Du 24 au 28/01/2023, des événements auront lieu tous les jours au Learning Planet Institute, épicentre du festival à Paris, pour la plupart retransmis en live sur Internet, alors que d’autres événements seront aussi accueillis au sein de lieux partenaires : Académie du Climat, Centre Pompidou, Cité des Sciences, Lab’Sorbonne, Maison de la Conversation, Social Bar, etc.  

À Lyon, la Maison de l’apprendre - association co-fondée par le LPI - orchestrera plus de 120 événements réunissant les acteurs publics et privés de l’éducation et de la formation. Une quinzaine d’événements sont annoncés à Marseille, d’autres à Rouen et à Montpellier, ailleurs en France.

De même, l’Arizona State University organisera à Phoenix une dizaine d’événements hybrides, et l’association indienne The Dais des conférences Model UN [simulation des Nations-Unies formant les participants aux négociations internationales].

Au total, 400 événements en ligne et en présentiel sont déjà inscrits sur la plateforme du Festival 

Quel est le bilan des premières éditions et quel public attendez-vous en 2023 ?

Olivier Bréchard : Les sessions plutôt formelles des deux premières éditions ont permis de réunir des acteurs éducatifs engagés et de donner naissance à la communauté, aux premiers cercles thématiques. L’édition de janvier 2022 a pris la dimension d’un festival mondial, offrant des formats d’événements variés pour les professionnels de l’éducation comme pour le grand public : ateliers, hackathons, documentaires-débats…  

Deux grands succès sont :  

  • la mobilisation croissante de jeunes passionnés, souhaitant être pleinement associés à la transformation des systèmes éducatifs et plus largement à l’ensemble des politiques publiques qui auront un impact sur leur avenir ; 
  • la dimension co-construite du festival ; ce dernier existe grâce aux efforts d’organisations très diverses, à la mobilisation de leurs communautés, à une démarche collaborative inédite qui se déploie simultanément sur plusieurs niveaux géographiques… pour faire mouvement ensemble ! 

L’édition 2023 devrait marquer une nouvelle étape en France avec la multiplication des événements locaux, et à l’international en mobilisant toujours plus largement les jeunes, étudiants et activistes, mais aussi les enseignants autour de l’éducation à la durabilité notamment. 

Quelles tendances dessine le programme ? Observez-vous une prise de conscience du monde éducatif en matière de développement durable ? Plus largement de transition écologique et sociale ?

Olivier Bréchard : Le programme est structuré - de façon non contraignante - autour de cinq “action tracks” et de grands thèmes. L’éducation à la durabilité et plus généralement l’éducation pour mieux aborder les transitions qui s’accélèrent - notamment la transition numérique avec l’essor de l’IA Intelligence artificielle - sont au cœur du festival 2023.

Le programme de la LP-TV (voir encadré) illustre cette volonté de lier étroitement la transformation des systèmes éducatifs et la question des transitions.   

Une tendance intéressante : cet intérêt pour la question de la transition environnementale en particulier est désormais partagé à tous les niveaux de la communauté éducative.  

Le “Inter-Schools Connectivity Project” est une illustration emblématique de cette prise de conscience. Porté par l’association Friendship, il permet à des élèves de France (Académie de Grenoble) et du Bangladesh de dialoguer régulièrement ensemble sur la question du changement climatique. 

Le 24/01, le Learning Planet Institute accueillera dans ses murs cinq conférences traitant de la transformation de l’éducation et de la formation professionnelle en France.

Ce programme sera complété le 25/01 de 11 h à 12 h 30 par la conférence en ligne “Apprendre en s’engageant” et le 26 janvier de 17 h 30 à 19 h 00 par la conférence en ligne “Formation des enseignants tout au long de la vie”. 

L’enjeu majeur aujourd’hui n’est-il pas la formation des enseignants (à tous les niveaux) ? Est-ce une spécificité française ?

Olivier Bréchard : L’OCDE Organisation de coopération et de développement économiques a réalisé plusieurs enquêtes sur les systèmes éducatifs face au Covid.

Parmi les facteurs de résilience observés, les trois premiers sont :

  • la capacité des enseignants à collaborer entre eux,
  • leur statut (reconnaissance sociale, niveau de rémunération, modalités de recrutement, etc.)
  • leur formation au numérique.

Seuls deux pays, la Finlande et l’Estonie, semblaient pouvoir être cités en exemple dans ces trois domaines.

En France, comme ailleurs dans le monde, la formation des enseignants est un enjeu crucial, dont on tarde à prendre la mesure, alors même que des bouleversements profonds - plus encore que l’épidémie de Covid - se font jour avec les progrès accélérés de l’IA (par exemple ChatGPT).

Créer un programme de “matchmaking” sur-mesure

Quelles suites donnerez-vous à l’événement ?

Olivier Bréchard : Le festival n’est qu’un temps fort récurrent de l’initiative Learning Planet, qui se déploie sur la durée.  

Nous veillons tout d’abord à ce que les grandes questions abordées dans le cadre du festival soient à l’honneur tout au long de l’année, en mettant en place des partenariats avec des événements emblématiques comme EarthDay.org, changeNOW, le Global Forum for Adolescents and 1.8 Billion Young People for Change Campaign, la COP28 et bien d’autres. 

L’équipe internationale du LPI anime avec des partenaires de premier plan (Arizona State University, Children in All Policies, Club de Rome, Teach for All etc.) un ensemble de cercles, de communautés de pratiques mobilisant des réseaux d’acteurs engagés dans la transformation de l’éducation qui, au terme d’un premier cycle d’exploration approfondie des enjeux, mettent en place des programmes concrets.

Le festival 2023 donnera officiellement naissance à un nouveau cercle, Imagination in the Classroom, en partenariat avec AIME, et pourrait aussi nous permettre de développer plus avant le programme de recherche “Global South Learning Ecosystems”, initié en 2022 en partenariat avec Global Education Leaders Partnership (GELP).

Du côté des jeunes du cercle Youth Empowerment, de nombreuses actions sont en cours, dont une campagne de recrutement de centaines de Youth Fellows, invités ensuite à créer ensemble des projets dans leurs communautés respectives, avec un accompagnement régulier du LPI et d’autres partenaires (comme The Dais, KidsforSDG, MasterPeace, etc.). 

Au-delà des programmes portés par le LPI, de nombreuses autres initiatives voient le jour à la suite des rencontres qui ont lieu durant le festival.

L’Alliance Learning Planet a pour ambition de développer dès 2023, et dans les années à venir, un programme de “matchmaking” sur-mesure, associant animation de la communauté et solutions numériques ad hoc pour faciliter les collaborations entre les membres de l’Alliance (environ 300 organisations en janvier 2023) et la création de projets à impact.  

Qu’est ce que le Transitions in Higher Education Circle que vous lancez et quel est le rôle du LPI ?

Gaell Mainguy - ©  D.R.
Gaell Mainguy : En tant que centres d’enseignement/apprentissage, d’innovation et de résolution de problèmes, les universités ont une position et une responsabilité uniques pour répondre aux crises existentielles, telles que les menaces fondamentales qui pèsent sur la santé de notre planète.

Une communauté de pratique pour aborder les transitions critiques dans l’enseignement supérieur »

Cependant, pour paraphraser Michael Crow, président de l’Arizona State University, « si les universités sont dans une position exceptionnelle pour faire partie de la solution pour la durabilité et une planète saine, elles font souvent partie du problème ».  

Le Cercle LP Transitions in Higher Education est une communauté de pratique pour aborder les transitions critiques dans l’enseignement supérieur - co-animé par le Learning Planet Institute et le University Design Institute d’Arizona State University 

Il rassemble des personnes qui changent la donne au sein de leurs organisations et qui travaillent activement à façonner l’enseignement supérieur pour aborder les transitions critiques nécessaires à la santé de la planète.

Le Cercle s’appuiera sur une phase initiale de co-conception réunissant plus de 20 organisations afin de recueillir leurs idées, questions et recommandations clés pour la transition de l’enseignement supérieur, dans les domaines de la durabilité, de l’interdisciplinarité, de l’engagement civique et plus encore.  

Plus largement, quelle est votre stratégie en direction des acteurs de l’enseignement supérieur, en France et dans le monde ?

François Taddei : Il nous semble clair que l’enseignement des transitions doit passer par la transition de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Ayant pris connaissance du discours du Secrétaire général de l’ONU Organisation des Nations Unies lors du sommet sur la transformation de l’éducation (septembre 2022), ou encore du discours de Bordeaux de la ministre Sylvie Retailleau et des recommandations du rapport Jouzel, en faveur de l’enseignement des transitions, nous faisons des propositions pour faciliter la mise en œuvre de ces ambitions. 

L’ESR Enseignement supérieur et recherche doit évoluer au moins aussi vite que son environnement, idéalement avec un temps d’avance pour accompagner les autres acteurs de la société, et former les citoyens (des « planetizens »).

Les savoir-faire du LPI sont mis au service des transitions »

Aujourd’hui beaucoup d’acteurs de terrain (étudiants, enseignants-chercheurs, chercheurs…) voudraient s’engager sur ces transitions, mais ont du mal à le faire faute de formation et d’un cadre académique et administratif adapté. Il nous faut donc faciliter les transitions individuelles pour permettre les transitions collectives. C’est vrai tant pour les transitions des activités d’enseignement que celles de la recherche. 

Le LPI est une association Loi 1901 qui conventionne avec ses différents partenaires pour développer des enseignements, de la recherche ou des projets nationaux et internationaux.  

Il se caractérise par l’accompagnement des acteurs des transitions, la recherche sur les transitions individuelles et collectives, et la mobilisation des acteurs nationaux (Université Paris Cité, Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale , CY Cergy Paris Université  Cergy Paris Université, IRD Institut de recherche pour le développement , Inria Institut national de recherche en informatique et en automatique …) et internationaux (Unesco, Arizona State University…). Les savoir-faire du LPI sont mis au service des transitions dans un cadre co-construit avec tous les acteurs nationaux et internationaux volontaires.

« La grande nouveauté du programme international cette année est la LPTV le 24/01 de 9 h à 18h30 », signale Olivier Bréchard.

Elle proposera un programme continu d’interviews, de talks et de tables rondes avec des personnalités inspirantes. Les invités de François Taddei débattront avec lui du concept de “planetizenship”, pour réinventer la citoyenneté globale et mieux associer les jeunes à leur avenir. 

Learning Planet Institute (LPI)

Catégorie : Association


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 7995, créée le 12/12/2018 à 03:52 - MàJ le 20/01/2023 à 14:49

©  ArtDesk
©  ArtDesk