Exclusif « L’Etat doit faire confiance aux universités pour rénover leur patrimoine » (19 dirigeants de l’ESR)

Paris - Publié le mardi 6 novembre 2018 à  9 h 00 - n° 132685 « Le patrimoine universitaire, qui représente plus d’un tiers du patrimoine de l’Etat, est un puissant levier d’accélération des projets écologiques, scientifiques, sociétaux et économiques », déclarent 19 présidents et présidentes d’université, dont Gilles RousselGilles Roussel, président de la CPUCPUConférence des présidents d'université, dans une tribune transmise à News Tank, le 05/11/2018. 

« Pour entretenir, réhabiliter, mais aussi adapter ce patrimoine, majoritairement construit dans les années 60, une action d’ampleur est nécessaire qui dépasse les ambitions et les enjeux des programmes passés, tel que le Plan Campus en 2008 », font-il valoir.

Les signataires estiment qu’une « grande part » du parc immobilier « relève de la précarité énergétique » et que sa gestion est une « bombe à retardement ».

Ils demandent à l’État de leur « faire confiance » et de les « accompagner pour garantir la qualité et la pérennité du patrimoine qu’il [leur] confie en apportant son soutien financier à la réalisation d’une rénovation “intelligente“ qui réduise durablement les charges, tout en améliorant sa fonctionnalité ».

Les présidents d’université font valoir que « depuis deux ans, une dizaine d’établissements universitaires travaillent à l’élaboration d’un montage innovant de financement de la rénovation des campus soutenable sur le long terme qui pourra se déployer sur l’ensemble des établissements ».

Ce montage « repose sur l’engagement des établissements à faire les économies permettant de supporter une charge d’emprunt, mais aussi un engagement de l’Etat via un fonds d’amorçage, complété le cas échéant par la participation des collectivités via les Contrats de Plan Etat Région ».

« Nous demandons à l’État de nous entendre sur nos propositions et de nous donner les moyens d’agir. »
L'Université Paris Nanterre - © D.R.
L'Université Paris Nanterre - © D.R.

Les campus universitaires, démonstrateurs territoriaux : une réponse innovante aux défis énergétiques et écologiques

La France entend être le fer de lance de l’application des Accords de Paris pour le climat, notamment à travers l’opération emblématique « Make our planet great again ». Pour être pleinement crédible et efficace, l’engagement de la France doit s’appuyer sur une ambition nationale irriguant tous les domaines de l’action publique et sur un programme d’action volontariste.

Un puissant levier d’accélération des projets écologiques, scientifiques, sociétaux et économiques. Nous entendons répondre à cet enjeu majeur en affirmant que le patrimoine universitaire, qui représente plus d’un tiers du patrimoine de l’Etat, est un puissant levier d’accélération des projets écologiques, scientifiques, sociétaux et économiques.

Pour entretenir, réhabiliter, mais aussi adapter ce patrimoine, majoritairement construit dans les années 60, une action d’ampleur est nécessaire qui dépasse les ambitions et les enjeux des programmes passés, tel que le Plan Campus en 2008.

Faute d’intervention volontariste, la gestion de ce parc immobilier qui pour une grande part relève de la précarité énergétique est une « bombe à retardement » qui menace non seulement l’équilibre budgétaire de bon nombre d’établissements, mais aussi qui va pénaliser durablement la compétitivité et l’attractivité de nos universités.

Conscients des enjeux, les établissements d’enseignement supérieur français se mobilisent et s’appuient sur l’engagement de leur communauté, étudiants, personnels, administratifs et techniques, enseignants et enseignants chercheurs.

Ils revendiquent leur rôle et leur responsabilité dans la trajectoire énergétique et écologique du pays.

« Une contribution significative à la maturation de nouveaux marché »

C’est par une action ambitieuse, volontariste et continue de « ré-habitation » de ses campus que la France pourra disposer d’un parc universitaire adapté, sobre et neutre en carbone. Les campus s’imposent alors comme des démonstrateurs d’innovation qui profitent autant à leurs utilisateurs qu’aux acteurs socio-économiques des territoires.

Une brique des grandes politiques nationales de développement durable La surface et le bâti concernés permettent en effet d’apporter une contribution significative à la maturation de nouveaux marchés, en particulier ceux de l’industrialisation de la rénovation, la création d’emplois non délocalisables sur la totalité du territoire et l’accompagnement de l’adaptation des compétences professionnelles.

Pour toutes ces raisons, le patrimoine universitaire est une brique des grandes politiques nationales de développement durable. A de multiples titres, et notamment dans l’optique de parachever l’autonomie des universités, l’État doit le considérer comme un actif valorisable plutôt qu’une charge de fonctionnement.

En soutenant les établissements dans leur volonté de valoriser leur patrimoine, support de l’excellence et de l’attractivité de l’offre académique française, l’État disposera d’un levier aux retombées majeures favorisant un modèle économique durable contribuant aux objectifs nationaux de réduction de la consommation d’énergie et d’émissions de carbone.

Un montage innovant en préparation

Nous demandons à l’État de nous faire confiance et de nous accompagner pour garantir la qualité et la pérennité du patrimoine qu’il nous confie en apportant son soutien financier à la réalisation d’une rénovation « intelligente » qui réduise durablement les charges, tout en améliorant sa fonctionnalité.

Nous demandons à l’État de nous faire confiance Nos établissements sont prêts à relever le défi, en partenariat avec les territoires. Aussi, depuis deux ans, une dizaine d’établissements universitaires travaillent à l’élaboration d’un montage innovant de financement de la rénovation des campus soutenable sur le long terme qui pourra se déployer sur l’ensemble des établissements.

Il repose sur l’engagement des établissements à faire les économies permettant de supporter une charge d’emprunt, mais aussi un engagement de l’Etat via un fonds d’amorçage, complété le cas échéant par la participation des collectivités via les Contrats de Plan Etat Région. Nous demandons à l’État de nous entendre sur nos propositions et de nous donner les moyens d’agir.

Le Président de la République doit annoncer des actions qui feront de la France un pays exemplaire sur le climat. A quand l’annonce d’une grande politique publique en matière de Campus durables  ?

Signataires

  • Gilles RousselGilles Roussel, président de la Conférence des présidents d’université (CPU)

Et les établissements prêts à s’engager dans le pilote

  • David AlisDavid Alis, président de l’Université Rennes 1
  • Jean-Francois BalaudéJean-François Balaudé, président de l’Université Paris Nanterre
  • Pierre BenechPierre Benech, administateur général de Grenoble Institut National Polytechnique
  • Yvon BerlandYvon Berland, président de l’Université Aix Marseille
  • Mathias BernardMathias Bernard, président de l’Université Clermont-Auvergne
  • Khaled BouabdallahKhaled Bouabdallah, président de la Comue Université de Lyon
  • Jacques CombyJacques Comby, président de l’Université Jean Moulin Lyon 3
  • Michèle CottierMichèle Cottier, présidente de l’Université Jean Monnet Saint-Étienne
  • Frank DebouckFrank Debouck, directeur, Ecole centrale de Lyon
  • Lise DumasyLise Dumasy, présidente de la Comue de Grenoble Alpes
  • Frédéric FleuryFrédéric Fleury, président de l’Université Claude Bernard Lyon 1
  • Christine GangloffChristine Gangloff-Ziegler, présidente de l’Université Haute Alsace
  • Olivier LabouxOlivier Laboux, président de l’Université de Nantes
  • Patrick LevyPatrick Lévy, président de l’Université Grenoble Alpes
  • Eric MaurincommeÉric Maurincomme, directeur de l’Institut National des Sciences Appliquées Lyon
  • Pierre MutzenhardtPierre Mutzenhardt, président de l’Université de Lorraine
  • Jean-François PintonJean-François Pinton, président de l’École normale supérieure de Lyon
  • Christian RobledoChristian Roblédo, président de l’Université d’Angers.
Fiche n° 4714, créée le 18/06/14 à 09:57 - MàJ le 14/11/18 à 16:49

Gilles Roussel


Email : Gilles.Roussel@u-pem.fr
Téléphone : 01 60 95 70 02

Parcours Depuis Jusqu'à
Conférence des Présidents d'Université
Président 2018 Aujourd'hui
2018 Aujourd'hui
Réseau national des Espé
Président du conseil d'orientation scientifique Janvier 2016 Aujourd'hui
Janvier 2016 Aujourd'hui
Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Président Janvier 2012 Aujourd'hui
Janvier 2012 Aujourd'hui
Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Vice-président 2011 à 2012
2011 2012
Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Directeur adjoint de la Mission de recherche Droit et Justice 2007 à 2011
2007 2011
Êtablissement & diplôme Année(s)
Institut national de recherche en informatique et en automatique
PhD Student 1991 - 1994
1991 1994

Fiche n° 1765, créée le 05/05/14 à 12:19 - MàJ le 13/10/14 à 13:00

Conférence des Présidents d'Université

La CPU est une association qui réunit une centaine de membres votant (présidents d’université, directeurs d’écoles normales supérieures, d’INP, d’INSA, administrateurs généraux) et des membres associés.
Elle s’appuie sur l’Amue, (Agence de mutualisation des universités et établissements) qui contribue à l’élaboration d’une offre logicielle performante et à la formation des personnels de l’enseignement supérieur.



Conférence des Présidents d'Université
103 boulevard Saint-Michel
75005 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

loader mask
1