F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »

Paris - Publié le jeudi 5 juillet 2018 à 16 h 57 - n° 124209 • Rendre obligatoire la publication en accès ouvert des articles et livres ainsi que la diffusion ouverte des données de recherche, issus de recherches financées par appel d’offres sur fonds publics ;
• soutenir l’archive ouverte nationale HALHALHyper Articles en Ligne et simplifier davantage le dépôt de publications ;
• créer la fonction d’administrateur des données et le réseau associé au sein des établissements.
Telles sont quelques-unes des mesures du plan national pour la science ouverte, annoncé par Frédérique VidalFrédérique Vidal, ministre de l’EsriEsriEnseignement supérieur, recherche et innovation, le 04/07/2018, à Lille, à l’occasion du colloque annuel LiberLiberLigue des bibliothèques européennes de recherche.

« Si les Pays-Bas se sont fixé 100 % de publications en open access d’ici 2025, nous souhaitons un doublement en France, soit 60 % de nos publications, d’ici la fin du quinquennat », annonce-t-elle.

Ce plan sera « doté d’un budget de 5,4 M€ la première année et de 3,4 M€ les années suivantes », au moins jusqu'à la fin du quinquennat, selon la ministre. « Il sera entièrement financé par le MesriMesriMinistère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation », précise Marin DacosMarin Dacos, conseiller scientifique pour la science ouverte auprès du DGRIDGRIDirecteur général de la recherche et de l'innovation et également rédacteur du plan, à News Tank.

Deux mesures sont « déjà en cours de préparation » :
• un appel ANRANRAgence nationale de la recherche Flash destiné à accélérer l’adoption des principes FairFairFindable, Accessible, Interoperable, Reusable (faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables) et l’ouverture des données de la recherche en France ;
• la création d’un fonds pour la science ouverte, « dont la constitution est actée ». « Le pilotage de ce fonds sera décidé par les instances à qui nous le confierons, mais ce sera à parité avec les organismes », selon Marin Dacos.

Frédérique Vidal souhaite ainsi que la France soit « proactive et leader dans le domaine de la science ouverte », en participant notamment à l’EoscEOSCEuropean Open Science Cloud (European open science cloud) porté par la Commission européenne, ainsi qu’à Go Fair, initiative conjointe des Pays-Bas, de l’Allemagne et de la France.

Le plan est également l’occasion de lancer une réflexion sur l'évaluation de la recherche au niveau mondial. « Les premiers qui s’empareront de ces sujets, et qui fixeront les nouvelles normes et standards de l'évaluation en prenant en compte la science ouverte, seront ceux qui piloteront ces mécanismes. C’est pour cela qu’il faut le faire maintenant, rapidement, au niveau européen », appuie la ministre.

Des annonces de Carlos MoedasCarlos Moedas, Commissaire européen à la recherche, à l’innovation et à la science, autour d’un plan commun en science ouverte à l'échelle européenne avec Science Europe, sont attendues dans le cadre d’EsofEsofEuroScience Open Forum 2018 qui aura lieu à Toulouse du 09 au 14/07/2018.
© D.R.
© D.R.

Un plan en trois axes et neuf grandes mesures

Généraliser l’accès ouvert aux publications

  • Rendre obligatoire la publication en accès ouvert des articles et livres issus de recherches financées par appel d’offres sur fonds publics.
  • Créer un fond pour la science ouverte.

« Celui-ci contribuera au montage de solutions françaises et internationales innovantes, tant du point de vue technique que du point de vue économique. Par exemple, la mise au point de modèles de financement participatifs mobilisant toutes les bibliothèques de la planète constitue une piste à creuser », détaille Frédérique VidalFrédérique Vidal.

  • Soutenir l’archive ouverte nationale HALHALHyper Articles en Ligne et simplifier le dépôt par les chercheurs qui publient en accès ouvert sur d’autres plateformes dans le monde.

« Nous avons déjà considérablement simplifié les procédures de dépôts des publications par les chercheurs, divisant par trois le temps de dépôt. J’ai décidé de soutenir HAL et de simplifier encore les processus d’alimentation en développant les fonctions d’alimentation semi-automatique ».

Interfaçage de HAL avec les archives ouvertes locales

« En France nous avons la chance d’avoir un certain nombre de systèmes centralisés comme HAL. Nous devons nous appuyer là-dessus. En outre, les systèmes de science ouverte dans les universités s’appuient très largement sur l’existence de HAL. Tout ça doit s’articuler, c’est le “i” de “Fair” [interopérable] », indique Frédérique Vidal à News Tank.

« Ce plan a bien sûr été co-construit en consultant les organismes de recherche, les universités, et en prenant en compte toutes les annonces qui ont été faites, comme l’adhésion de l’Inserm à la déclaration de San Francisco [annonce de juin 2018] ou le fait que les universités intensives en recherche se lancent dans un système d’open science [annonce de la Curif de juin 2018] », assure-t-elle par ailleurs.

Structurer et ouvrir les données de la recherche

  • Rendre obligatoire la diffusion ouverte des données de recherche issues de programmes financés par appels à projets sur fonds publics.
  • Créer la fonction d’administrateur des données et le réseau associé au sein des établissements.

« Il coordonnera l’action publique en matière de données scientifiques, afin d’optimiser leur structuration, leur conservation et leur circulation. Cet administrateur des données travaillera avec les autres administrateurs des données ministériels regroupés autour de l’Administrateur général des données. »

  • Créer les conditions et promouvoir l’adoption d’une politique de données ouvertes associées aux articles publiés par les chercheurs.

« C’est une première étape vers une meilleure association des données avec les articles. Nous encouragerons aussi le développement des “articles de données” (data papers), qui décrivent la façon dont ont été construites les données. »

S’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale

  • Développer les compétences en matière de science ouverte notamment au sein des écoles doctorales.

« Il est nécessaire de développer de nouvelles compétences (…). C’est la raison pour laquelle nous encouragerons les formations à la science ouverte, notamment à travers un financement dédié porté par le ministère qui encouragera la mise au point et la mutualisation des supports de formation ».

  • Engager les opérateurs de la recherche à se doter d’une politique de science ouverte.

« Je vous invite à transposer dans vos établissements et dans vos laboratoires les mesures de ce plan pour la science ouverte, en les adaptant à vos réalités organisationnelles et disciplinaires ».

  • Contribuer activement à la structuration européenne au sein de l'EoscEOSCEuropean Open Science Cloud et par la participation à Go FairFairFindable, Accessible, Interoperable, Reusable.

Toutes les mesures détaillées

  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »1/10

    Reconnaître la science ouverte

    • Reconnaître la science ouverte dans les évaluations des chercheurs et des établissements.
    • Réduire l’emprise de l’évaluation quantitative au profit de l’évaluation qualitative.
    • Encourager l’adoption des citations ouvertes (Initiative for open citations - I4OC) à la place de citations dans des environnements propriétaires.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »2/10

    Construire la bibliodiversité

    • Explorer les nouveaux modèles économiques pour les revues comme pour les livres en accès ouvert.
    • Dynamiser nos presses universitaires et notre secteur éditorial qui feront le choix de l’accès ouvert.
    • En cas de frais de publication, les réserver aux publications entièrement en accès ouvert.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »3/10

    Piloter la science ouverte

    • Mettre en place un baromètre de la science ouverte en France.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »4/10

    Accélérer

    • Proposer un appel ANR Flash destiné à accélérer l’adoption des principes Fair (faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables) et l’ouverture des données de la recherche en France.
    • Créer un prix des données de la recherche récompensant les équipes et projets exemplaires dans ce domaine.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »5/10

    Coordonner

    • Construire autour de l’administrateur des données un réseau de correspondants dans les établissements, pour répondre aux questions que se posent les chercheurs sur les données de la recherche.
    • Dans le cadre du soutien public aux revues, recommander l’adoption d’une politique de données ouvertes associées aux articles, le développement des articles de données et des revues de données.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »6/10

    Structurer

    • Généraliser la mise en place de plans de gestion des données dans les appels à projets de recherche
    • Développer des centres de données thématiques et disciplinaires.
    • Développer un service générique d’accueil et de diffusion des données simples.
    • Engager un processus de certification des infrastructures de données.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »7/10

    Organiser

    • Soutenir la RDA (Research data alliance) et créer le chapitre français de l’alliance (RDA France).
    • Soutenir Software heritage, la bibliothèque des codes sources.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »8/10

    Généraliser les compétences de la science ouverte

    • Communiquer auprès des communautés scientifiques sur les implications de la loi numérique relatives à l’ouverture des publications et des données.
    • Créer un label « science ouverte » pour les écoles doctorales.
    • Développer les compétences sur les données de la recherche, notamment à travers des offres de formation en ligne à destination de la communauté scientifique.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »9/10

    Participer à l’échelle européenne et internationale au paysage de la science ouverte

    • Créer un Comité pour la science ouverte regroupant les experts du domaine et qui traitera des publications, des données de la recherche, des compétences et de l’articulation avec l’Europe et l’échelle internationale. Il sera chargé de proposer une mise à jour du plan dans deux ans [en 2020].
    • Adhérer au niveau national à Orcid, système d’identification unique des chercheurs qui permet de connaitre plus simplement et sûrement les contributions scientifiques d’un chercheur.
    • Créer la Fondation franco-néerlandaise Directory of open access books.
    • Contribuer aux infrastructures de la science ouverte comme le DOAJ, OpenAIRE, Scoss, Operas, Crossref et DataCite.
    • Coordonner les négociations avec les éditeurs à l’échelle internationale.
  • F. Vidal dévoile le plan national pour la science ouverte : « Il est temps de passer à l’action »10/10

    Participer à la transparence dans le cadre de l’open government partnership

    • Ouvrir les données du financement de la recherche en constituant des jeux de données publiques concernant :
      • les dépenses relatives aux acquisitions électroniques dans les bibliothèques universitaires et par les organismes de recherche,
      • les dépenses relatives aux frais de publications d’articles et de livres,
      • les financements de recherche sur appel à projets et leurs bénéficiaires.
    • Enrichir scanR, moteur de la recherche et de l’innovation, application web d’aide à la caractérisation des structures publiques, et Isidore, plateforme de recherche permettant l’accès aux données numériques des SHS, et développer leur notoriété ainsi que leur usage afin d’alimenter le débat public autour des résultats de la recherche.

L’importance des données respectant le principe ”Fair”

« En tant que ministre de l’EsriEsriEnseignement supérieur, recherche et innovation, un de mes objectifs est de faire en sorte que toutes les communautés et tous les acteurs, lorsque ce n’est pas déjà le cas, développent une démarche structurée de conservation de leurs données et fassent le nécessaire pour que ces données obéissent au principe Fair (facile à trouver, accessible, interopérable, réutilisable) », déclare Frédérique Vidal, précisant que cette démarche est « un préalable à leur ouverture ».

Sensibiliser encore 80 % de la communauté scientifique

« Deux tiers de la littérature scientifique en astronomie s’appuient sur des données ouvertes ! Ce potentiel énorme, exploité par les astronomes, ne l’est pas encore dans toutes les disciplines », indique la ministre.

Selon elle, le respect du principe Fair « se fait très bien dans environ un cinquième de la communauté scientifique, mais le reste est largement laissé à l’appréciation individuelle et aux hasards de la vie des clés USB, des vols d’ordinateurs portables dans les coffres de voitures ou des défaillances des disques durs individuels… »

Les données subissent une déperdition rapide

« Une vaste étude sur des jeux de données construits par les chercheurs en 1991 a montré qu’ils subissaient une déperdition rapide, atteignant 17 % par an. Quand on sait qu’une partie importante des financements de la recherche est dédiée à la construction de corpus, de collecte de données, de réalisation d’expériences…

Un tel taux de disparition signifie que nous sommes passés à côté de nombre de découvertes et avons affaibli notre capacité à administrer les preuves scientifiques :
• C’est une mauvaise gestion des fonds publics, car des données perdues ne sont plus réutilisables ni appariables avec de nouvelles données… Ce qui limite d’autant les nouvelles découvertes.
• Lorsqu’on revient sur une recherche menée il y a dix ans, et qu’il n’est plus possible de recomposer les données qui ont permis des conclusions importantes, il y a lieu de s’inquiéter. A un moment où l’intégrité scientifique est si importante pour défendre le rôle de la science dans la société, il est indispensable de maîtriser les données dans la durée », affirme Frédérique Vidal.

« Un système éditorial historique devenu obsolète »

« Nous ne sommes pas suffisamment aujourd’hui dans une logique de science ouverte », affirme notamment Frédérique Vidal, citant plusieurs exemples.

Un système qui limite fortement l’impact potentiel des recherches…

« Il faut encore trop souvent payer pour avoir accès aux publications de nos chercheurs. Bien entendu, cela n’est pas un obstacle pour les universités les plus riches dans le monde et pour les grands groupes industriels. Mais cela limite fortement l’impact potentiel de nos recherches sur les campus de la planète, sur la société, sur l’industrie », note-t-elle.

« Peter Suber, le spécialiste mondial de l’accès ouvert, a montré que Yale, qui n’est pas exactement une institution démunie, avait 25 % d’abonnements en moins que… Harvard. Et l’institution universitaire la plus riche en Inde, l’lndian Institute of Science, n’a accès qu’à 12 % des abonnements que peut s’offrir Harvard. »

… et qui ne diffuse plus la connaissance

Ce système, « à l’origine construit pour diffuser la connaissance, (…) semble désormais fonctionner à front renversé, renforcer l’ignorance et construire des inégalités criantes d’accès ».

« Les capacités d’accès aux publications varient de fait d’un lieu à l’autre, d’un pays à l’autre, d’une université à l’autre, voire d’un laboratoire de recherche à l’autre. C’est paradoxal, alors que les recherches publiques sont financées par tous, et alors que le Web offre une infrastructure permettant d’accélérer la circulation des connaissances. »

De plus, selon la ministre, « la diffusion des connaissances scientifiques a un impact direct en termes de développement économique, sanitaire, social ».

« Je m’inspire de la stratégie qui a été mise en place dans le cadre du Human Genome Project, qui a coûté 3,8 Md$ (3,25 Md€), mais dont il a été décidé que les résultats seraient publics et considérés comme patrimoine de l’humanité. Cette décision a permis l’exploitation scientifique et médicale formidable que nous connaissons tous. D’ailleurs, on estime qu’en 2012 ce projet avait eu un impact économique de 796 Md$ (680 Md€). »

Négociations : « A un moment, trop, c’est trop »

« Il faut savoir raison garder, notamment sur le plan financier : à un moment, trop, c’est trop. Je souhaite donc que les négociations avec les grands éditeurs se finalisent à un niveau sensiblement réduit par rapport aux pratiques actuelles et qui soit en rapport avec la contribution réelle apportée par la communauté de recherche », annonce également la ministre.

« Nous avons aussi de facto abandonné la PI PIPropriété Intellectuellede nos travaux et de nos publications à des éditeurs qui se sont ainsi trouvés en position d’imposer des conditions financières parfois inacceptables. Entendons-nous bien : je connais le rôle des éditeurs scientifiques et ils doivent pouvoir trouver toute leur place en imaginant de nouveaux modèles à l’heure de la digitalisation. »

Le fonds pour la science ouverte permettra de « restaurer et soutenir la fonction éditoriale »

Pour Marin Dacos, le fonds pour la science ouverte annoncé par Frédérique Vidal permettra justement de soutenir la fonction éditoriale :

« Historiquement, les politiques d’open access françaises étaient surtout liées aux archives ouvertes et l'édition était donc un non problème. Or dans le plan présenté par Frédérique Vidal, le fonds pour la science ouverte est construit pour accompagner l'édition, et non dans une logique “verte” [1]. La fonction éditoriale est donc ici plutôt restaurée et soutenue, contrairement à la tradition historique française ».

« Il ne s’agit pas de mettre l’opprobre sur les éditeurs », souligne de son côté Alain Beretz, DGRI.

« Il s’agit de revenir à un système d'édition dont les scientifiques ont besoin, qui soit d’intérêt mutuel et au cœur de la démarche scientifique. En ce sens, toutes les mesures qui ont déjà été lancées, en particulier pour l’aide à certains éditeurs en SHS mais pas uniquement, seront poursuivies. »

Faire évoluer le système d'évaluation de la recherche

« Le système d’évaluation, trop marqué par une métrique datée, mécaniste et réductrice, doit évoluer lui aussi vers l’ouverture. Oui, nous devons sérieusement réfléchir aux évolutions des systèmes et méthodes d’évaluation, évaluation des chercheurs comme des institutions », estime Frédérique Vidal.

« C’est la raison pour laquelle je soutiens le mouvement des citations ouvertes, qui va dans la bonne direction. Nous devons aussi abandonner les excès d’évaluation quantitative, où le facteur d’impact règne en maître, pour développer une approche beaucoup plus qualitative. Je souhaite que la France suive dans ce domaine les propositions de la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche et applique les principes du Manifeste de Leiden. »

Repenser au niveau européen et mondial

« Il va falloir repenser ce système d'évaluation au niveau mondial, car cela n’aurait pas de sens de le repenser seul dans son coin. L’idée de le faire au niveau européen paraît déjà essentielle », souligne-t-elle par ailleurs.

« Cette réflexion est pour le moment une initiative multilatérale entre pays mais qui est portée au niveau de l’Europe par le commissaire européen Carlos MoedasCarlos Moedas. Si celle-ci doit venir du monde scientifique et des différents organismes de financement, de soutien à la recherche, l’important c’est que l’ensemble des ministres et la Commission européenne soient sur la même ligne, et c’est ce qui en train de se produire. Il y a une vraie volonté de travailler ces sujets. »

Un plan qui se veut une interface avec d’autres initiatives européennes

« L’idée est de faire des preuves de concept pour que d’autres pays adhèrent ensuite, en fonction des moyens qu’ils sont prêts à mettre, et pousser ainsi la construction au niveau européen », affirme Frédérique Vidal à News Tank.

Selon Alain Beretz, DGRI, le sujet de la science ouverte sera également à l’ordre du jour du prochain conseil compétitivité, qui réunit les ministres de tous les États membres chargés du commerce, de l'économie, de l’industrie, de la recherche et de l’innovation, et de l’espace, au moins quatre fois par an.

Fiche n° 4719, créée le 18/06/14 à 10:19 - MàJ le 21/12/17 à 13:45

Frédérique Vidal



Parcours Depuis Jusqu'à
Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
Ministre Mai 2017 Aujourd'hui
Mai 2017 Aujourd'hui
Université Nice Sophia Antipolis
Professeur des universités en Sciences de la vie 2004 Aujourd'hui
2004 Aujourd'hui
Université Nice Sophia Antipolis
Présidente Avril 2012 à Mai 2017
Avril 2012 Mai 2017
Université Nice Sophia Antipolis
Directrice de la faculté des sciences 2009 à 2012
2009 2012
Université Nice Sophia Antipolis
Directrice du département Sciences de la vie 2005 à 2008
2005 2008
Université Nice Sophia Antipolis
Maitre de conférences 1995 à 2004
1995 2004
Institut national de la santé et de la recherche médicale
Membre extérieur du conseil scientifique régional 1999 à 2003
1999 2003
Fiche n° 2286, créée le 11/07/14 à 04:20

Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

L’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation sont rassemblés dans un ministère depuis le 17/05/2017. Frédérique Vidal en est la ministre.


  • Siège Rue Descartes, 75005 Paris
    Missions/Spécialités • Proposer et, en liaison avec les autres ministres intéressés, mettre en œuvre la politique du gouvernement dans le domaine de la recherche et de la technologie ;
    • préparer les décisions du gouvernement relatives à l’attribution des ressources et des moyens alloués par l'État dans le cadre de la mission interministérielle « recherche et enseignement supérieur » ;
    • participer à la promotion et à la diffusion des nouvelles technologies.
    Composantes • Secrétariat général ;
    • Dgesip (direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle) ;
    • DGRI (direction générale de la recherche et de l’innovation) ;
    • Dgesco (direction générale de l’enseignement scolaire) ;
    • Igaenr (inspection générale de l’administration de l'éducation nationale et de la recherche) ;
    • Igen (Inspection générale de l'éduction nationale) ;
    • IGB (inspection générale des bibliothèques).

  • Ministre Frédérique Vidal (depuis le 17/05/2017)
    Directrice générale • De l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle : Brigitte Plateau.
    Directeur général • De la recherche et de l’innovation : Alain Beretz.
    • De l’enseignement scolaire : Jean-Marc Huart.

  • Contact Service de presse : 01 55 55 84 24


Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
21, rue Descartes
75005 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

[1]
• voie “verte” : auto-archivage ou dépôt de publications par l’auteur dans une archive ouverte.
• voie “gold” : publication d’articles dans des revues en libre accès

loader mask
1