DOAB : une fondation franco-néerlandaise pour certifier la qualité des livres en accès ouvert

Paris - Actualité n°147885 - Publié le 24/05/2019 à 18:38
©  D.R.
Pierre Mounier - ©  D.R.

OpenEdition, portail de littérature scientifique en SHS Sciences humaines et sociales , et Oapen Open access publishing in european network (Open access publishing in european network), fondation implantée aux Pays-Bas, créent la fondation DOAB Directory of open access books (Directory of open access books), annonce OpenEdition le 21/05/2019.

Le projet DOAB a été lancé par Oapen en 2012. « Ce répertoire garantit que les livres qui y sont indexés sont des livres de recherche académique (évalués par les pairs) et en accès ouvert. Le DOAB s’adresse aux lecteurs, aux bibliothèques mais aussi aux financeurs de la recherche qui souhaitent que les critères de qualité des publications en accès ouvert soient garantis et certifiés. Il indexe aujourd’hui plus de 16 500 livres en accès ouvert provenant de 315 éditeurs du monde entier », détaille OpenEdition.

Il est par ailleurs l'équivalent pour les livres du DOAJ Directory of Open Access Journals (Directory of open access journals), développé par l’Université de Lund en Suède en 2003, qui « garantit la qualité technique et éditoriale des revues en accès ouvert qui y sont indexées », selon OpenEdition.

« Le DOAB, résultat d’un partenariat stratégique avec la fondation Oapen, est devenu un répertoire important au niveau européen et international. Oapen a toute sa place dans l’écosystème de la science ouverte pour les sciences humaines et sociales et il était très intéressant pour OpenEdition de s’allier avec elle, pour cette opération mais aussi de manière plus large dans le cadre de la construction d’Operas Open access in the European research area through scholarly communication , une infrastructure européenne distribuée en SHS », détaille Pierre Mounier Directeur associé pour le développement à l’international @ OpenEdition • Coordinateur @ Operas
, directeur adjoint d’OpenEdition et coordinateur d’Operas, à News Tank le 24/05/2019.

La création de la fondation franco-néerlandaise « a été rendue possible par l’engagement de nos deux tutelles principales, le CNRS Centre national de la recherche scientifique et Aix-Marseille Université, ainsi que le PIA Programme d’investissements d’avenir dont OpenEdition est lauréat au titre des Équipements d’excellence », note-t-il également.

La création de la fondation est l’une des actions du Plan national pour la science ouverte annoncé par Frédérique Vidal Ministre @ Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (Mesri)
, ministre de l’Esri Enseignement supérieur, recherche et innovation , en juillet 2018.


Une étape vers l’infrastructure européenne Operas

« La construction d’Operas Open access in the European research area through scholarly communication , infrastructure distribuée au niveau européen pour les SHS Sciences humaines et sociales , est un processus de plusieurs années que nous espérons voir aboutir par la mise en place d’un Eric (consortium européen pour une infrastructure de recherche) », indique Pierre Mounier à News Tank.

L’infrastructure proposera plusieurs services centraux à l’ensemble des pays européens.

« Certains ont déjà été identifiés à l’occasion d’une design study réalisée il y a deux ans, parmi lesquels celui proposé par DOAB Directory of open access books , dont l’objectif est d’intégrer Operas », note-t-il.

Un deuxième service sur la base de la plateforme française Isidore

Un deuxième service identifié par l'étude est « un projet de plateforme de découverte pour l’ensemble des données primaires et des publications en accès ouvert en SHS, fonctionnant sur la base d’Isidore, la plateforme développée par Humanum en France », selon le directeur adjoint d’OpenEdition.

« Ce “moteur de recherche” permet notamment aux chercheurs, à partir de requêtes par mots-clés, de découvrir  l’ensemble des ressources qui sont pertinentes pour eux. »

« Dans ce cadre, il est intéressant de monter Isidore en puissance à l’échelle européenne, en lui permettant également de gérer la diversité linguistique qui est propre à l’Europe et aux sciences humaines et sociales. Nous avons déposé à ce sujet une demande de financement H2020, dont nous venons d’apprendre qu’elle a été acceptée », affirme-t-il.

Une initiative sur le modèle du DOAJ, financé par Scoss

Le DOAJ Directory of Open Access Journals , dont le modèle a inspiré le DOAB, « est multidisciplinaire alors que le DOAB, qui indexe des livres, concerne de fait plus les SHS », note Pierre Mounier.

Il rappelle également que le DOAJ a bénéficié du soutien de Scoss (Global sustainability coalition for open science services), une initiative lancée par Sparc Europe Sparc Europe est une organisation à but non lucratif de promotion du libre accès et de la science ouverte. en 2017.

« Le DOAJ a bénéficié du 1er tour de table de financement organisé par Scoss Global sustainability coalition for open science services , aux côtés de l’initiative Sherpa-Romeo. Un 2e tour de table est actuellement en cours de préparation et il serait logique que le DOAB, à la suite du DOAJ, bénéficie lui aussi d’un financement », espère-t-il.

« Le DOAJ est devenu véritablement important avec le mouvement de la science ouverte, si bien que la question des moyens s’est posée et que la plateforme a dû chercher des financements pour monter en taille et en qualité. C’est l’une des raisons pour laquelle le DOAJ a bénéficié du programme Scoss, qui permet aux bibliothèques internationales de financer des infrastructures et services pour la science ouverte », poursuit Pierre Mounier.

« Historiquement, les bibliothèques avaient un budget pour acquérir des ressources payantes. Dès lors qu’il y a un basculement massif et structurel vers l’accès ouvert des publications, les bibliothèques doivent donc reconfigurer leur budget pour dorénavant soutenir des infrastructures pour la science ouverte et permettre la diffusion des ressources en accès ouvert », explique-t-il.

Frédérique Vidal, ministre de l'Esri Enseignement supérieur, recherche et innovation , a fait part de son souhait que la France participe au développement de Scoss, à l’occasion des Journées nationales de la science ouverte, le 06/12/2018.

Le premier appel de fonds lancé par Scoss a pris la forme d’une campagne de crowdfunding pour les deux lauréats de l’appel, avec des objectifs de financement de :

• 970 k€ pour le DOAJ.
• 1,53 M€ pour Sherpa Romeo, un service basé à l’Université de Nottingham (Royaume-Uni) qui recense les politiques des revues scientifiques en matière de copyright et d’auto-archivage.

Les deux lauréats ont été sélectionnés à l’issue d’un appel à candidatures. Pour évaluer les candidats, le Scoss a examiné leur compétence technique, leurs coûts, les détails de la gouvernance et les plans futurs.

Scoss a pour objectif « de fournir un nouveau cadre de partage des coûts qui permettra à la communauté open access et open science de soutenir les services non commerciaux dont elle dépend ». Son action consiste principalement à « aider à identifier et suivre, via un registre, les services non commerciaux essentiels à l’open science et faire des recommandations qualifiées sur lequel de ces services devrait être considéré pour un soutien financier ».

OpenEdition

Infrastructure de recherche nationale depuis 2016, OpenEdition est développée par OpenEdition Center, une unité de service et de recherche (USR 2004) du CNRS, de l’université d’Aix-Marseille, de l’EHESS et de l’Université d’Avignon.

Catégorie : Organisme de recherche publique


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 8259, créée le 21/02/2019 à 11:00


©  D.R.
Pierre Mounier - ©  D.R.