Demandez votre accès découverte !

Covid-19 : les actions de FUN pour « créer des communautés apprenantes à travers des outils d'échange »

News Tank Éducation & Recherche - Paris - Actualité n°178103 - Publié le 18/03/2020 à 18:05
- +
©  Seb Lascoux
Catherine Mongenet, directrice de FUN-Mooc - ©  Seb Lascoux

« Le mot Mooc Massive open online courses est un mot qui suscite des réactions diverses et variées, mais ce que je crois, et ce que la période va peut-être nous montrer, est que nous pouvons enseigner différemment. L’enjeu dans l’absolu est celui des formations en ligne et des dispositifs de formation, qui ne sont pas simplement des dispositifs d’e-learning, mais qui créent des communautés apprenantes à travers des outils d'échange », déclare Catherine Mongenet Directrice @ France Université Numérique (FUNMOOC)
, directrice du GIP Groupement d’intérêt public FUN-Mooc, à News Tank le 17/03/2020.

Alors que s’ouvre une période de limitation des déplacements et de fermetures des établissements d’ESR Enseignement supérieur et recherche liée à l'épidémie de Covid-19, elle revient sur les actions mises en place par FUN France Université Numérique . Le GIP met notamment a disposition des établissements sa plateforme FUN Campus pour qu’ils y paramètrent leur Mooc, en Spoc Small Private Online Course , ou réutilisent des Mooc à destination des étudiants.

En outre, la plateforme propose aux établissements d’ouvrir des espaces de cours, sous la forme de classes virtuelles. Selon Catherine Mongenet, le nombre de demandes des établissements est « important » mais il est trop tôt pour avancer des chiffres.

En lien « étroit et permanent » avec la Dgesip Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle sur ses différentes actions, FUN hébergera par ailleurs la plateforme « solidaire et de partage sur laquelle tous ceux qui le souhaitent pourront déposer leurs supports pédagogiques et les mettre ainsi à disposition de l’ensemble de la communauté », et dont la création a été annoncée par la Dgesip aux dirigeants des établissements, le 16/03.

Pour la directrice du GIP, la période de confinement est également l’occasion de proposer son offre de Mooc à de nouveaux apprenants. C’est notamment pour cela qu’elle a demandé aux établissements d’enseignement supérieur d’ouvrir leurs Mooc sur des périodes plus longues.


Le déploiement de la plateforme FUN Campus pour des Mooc et des classes virtuelles

Concernant l’ouverture de FUN France Université Numérique Campus à tous les établissements, Catherine Mongenet précise que « de nombreux établissements disposent déjà d’une plateforme Moodle et d’autres ressources en ligne afin de déposer leurs cours et d’organiser leurs ressources, mais la plateforme vient leur offrir des options supplémentaires »

« Par ailleurs, le ministère nous a contactés il y a presque 15 jours afin de nous indiquer qu’un problème allait émerger, celui des classes virtuelles.

Certains établissements ont en effet à disposition des classes virtuelles, assez souvent externalisées, mais avec des licences d’utilisation qui restreignent le nombre de classes possible. Ainsi cela ne répond pas à l’enjeu en ces temps où tout le monde passe au distanciel. »

FUN travaille avec la start-up Glowbl qui propose un outil de classe virtuelle. Le GIP Groupement d’intérêt public a commencé à travailler avec la start-up dans le cadre de l'Idefi Initiative(s) d’excellence en formation(s) innovante(s) numérique Eiffela, en 2016. « Depuis, nous utilisions sur FUN Campus l’outil Glowbl pour les classes virtuelles et cela fonctionne plutôt bien », précise la directrice.

L’installation des premiers espaces a député le 17/03. Ainsi, explique-t-elle, « lorsqu’une filière veut mettre en place des classes virtuelles, il lui suffit d’ouvrir un espace sur FUN Campus, et nous nous chargeons d’inscrire les étudiants et enseignants via leur adresse mail universitaire, récupérée sur Apogée. Les enseignants disposent ensuite d’une coquille générique avec les différentes UE Unités d’enseignement qui composent la filière et un forum pour chacune. Ils peuvent ainsi se saisir des différents outils de FUN Campus ».

« Par ailleurs, nous avons demandé aux établissements, s’ils repèrent des Mooc intéressants, qu’ils souhaitent utiliser en période de crise, de nous le dire afin que nous les privatisions. Sur ce dernier point, nous n’avons pas encore eu beaucoup de demandes. »

« Je contribue » : une plateforme solidaire et de partage de supports pédagogiques

« L’idée de la plateforme est que tous les enseignants qui ont des ressources et sont prêts à les partager nous le fassent savoir », indique la directrice de FUN. « Nous allons organiser l’infrastructure pour les héberger et les diffuser, sa forme est en cours de réflexion et d’élaboration. La ministre fera une annonce en ce sens très prochainement », ajoute-t-elle.

Les supports doivent être envoyés à l’adresse : jecontribue@fun-campus.fr 

Encourager les établissements à proposer leur Mooc à un public plus large

FUN Mooc encourage les établissements à ouvrir leur Mooc sur une période plus longue, que celle initialement prévue. Ils préconisent de :

  • prolonger les Mooc actuellement en cours de diffusion, en rouvrant si besoin les inscriptions. « Des collègues dans les établissements ont retardé la fin de leur Mooc, le 16/03, d’autres ont retardé la période d’inscription ou la date de fin de celle-ci pour permettre à plus de personnes de s’inscrire. »
  • avancer la date de début du cours lorsque cela est possible, « comme à CY Cergy Paris Université, qui propose une collection de trois Mooc sur les compétences numériques pour tous. Ceux-ci préparent à la certification Pix Plateforme en ligne d'évaluation et de certification des compétences numériques et sont généralement très utilisés. Ils ont donc modifié la date d’ouverture, les trois Mooc vont démarrer simultanément, le 24/03, alors qu’ils étaient prévus en séquencés et plus tard. Cela permettra aux étudiants de licence, notamment, de se former et de préparer la certification Pix ».
  • « D’autres établissements demandent de rouvrir de nouveaux Mooc, comme l’IMT Institut Mines-Télécom qui nous a contactés le 16/03. Ils sont en préparation d’un Mooc et souhaitent l’ouvrir dès que possible. »

En outre, le GIP, « en accord avec le ministère », permet aux Mooc centrés sur l’accompagnement des enseignants, diffusés dans le passé, d'être rouverts aux inscriptions en « archivé-ouvert », sans forum ni animation. La diffusion de ces Mooc sera prise en charge par FUN et donc pas facturée aux établissements.

FUN met en place une adresse mail pour toutes informations complémentaires : contact-esr@fun-mooc.fr .

Conserver un forum et une animation

En revanche, Catherine Mongenet encourage les établissements à conserver un forum et une animation pour leurs autres Mooc, et « leur demande de bien étudier la situation avant de les archiver, car les équipes auront certainement du temps dans les prochains jours et semaines pour les animer ».

C’est aussi selon elle « une opportunité pour eux de rencontrer de nouveaux apprenants, et de valoriser l’investissement placé dans l’élaboration de ces cours ». Cette période va en effet « permettre à tous les salariés, qui n’ont jamais le temps de faire des Mooc et en auront désormais, d’expérimenter. La vie sera différente ».

« Dans la période qui vient, je pense que pouvoir participer à un Mooc dans lequel il existe un forum et une animation sera d’autant plus important. Il y aura nécessairement davantage de questions des apprenants. Nous devons être vraiment sensibles aux personnes qui vont vouloir trouver un sens à leur apprentissage.

En outre, tous ceux qui vont être confinés peuvent avoir envie de faire partie d’une communauté, d’échanger et de construire du savoir et du lien ensemble. »

FUN a-t-il la capacité d’absorber l’augmentation de fréquentation ?

« Nous avons ainsi entrepris en juillet 2019 la migration vers un cloud français et respectueux du RGPD Règlement général sur la protection des données  », indique Catherine Mongenet. En effet, le marché de l’opérateur du cloud hébergeant l’infrastructure de FUN arrive à échéance, ce qui engendre des discussions actuellement« .

En outre,  »durant l’automne 2019, nous avons effectué un travail de refactoring [modification du code informatique] des infrastructures pour qu’elles soient scalables [capables de supporter une augmentation de la demande] et puissent gérer des pics de charge.« 

FUN observe des pics de fréquentation depuis le 16/03.  »Notre directeur technique, Samuel Paccoud, est en contact avec nos prestataires en condition opérationnelle, afin de gérer les modifications au cas par cas« , déclare-t-elle.

 »S’assurer que les machines peuvent absorber une augmentation de la demande ne nous apporte pas un travail supplémentaire. Là où nous savons que nous allons être en surchauffe, c’est au niveau de l’équipe d’accompagnement des demandes, les équipes support et de chefs de projet. Nous réfléchissons à la façon de mobiliser des ressources extérieures ponctuellement.« 

Elle précise avoir obtenu l’assurance du ministère d’un accompagnement dans la gestion des surcoûts d’infrastructure.

 »Nous essayons de mener à bien toutes ces actions, de faire en sorte qu’elles réussissent, car nous ne sommes pas à l’abri des problèmes de réseaux. Il y aura notamment des questions liées à la surcharge chez les fournisseurs d’accès à internet. Nous avons, comme Glowbl, une infrastructure déployée dans les clouds, que nous pouvons donc scaler sans problème. C’est bien là tout l’intérêt du cloud."

« Nous avons pris la décision en interne, le 09/03, que tous les salariés qui souhaitaient télétravailler pouvaient le faire. La majorité des collègues ont choisi cette option, sauf quelques-uns pour qui il restait quelques réunions », indique Catherine Mongenet.

Elle souligne la facilité pour FUN de passer au télétravail, « nous le pratiquons déjà un jour voire un jour et demi par semaine ». En outre, « tous les outils que nous partageons sont dans le cloud, nous organisons des visioconférences, disposons d’outils de chat ».

« Par ailleurs l’ensemble des infrastructures que nous gérons est dans le cloud. Ce n’est donc pas une difficulté pour nous de basculer tout le monde dans celui-ci, ce que nous avions déjà expérimenté en décembre 2019 avec les grèves de transports. »

Catherine Mongenet

Email : catherine.mongenet@fun-mooc.fr

Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MENESR)
Chargée de mission France Université Numérique
Université de Strasbourg (Unistra)
Vice-présidente politique numérique
Université Louis Pasteur de Strasbourg
Directrice de l’UFR de mathématique et informatique

Établissement & diplôme

Université de Franche-Comté (UFC)
Maitrise d’informatique
Université de Nancy
DEA en informatique
Université de Franche-Comté (UFC)
Habilitation à diriger des recherches (informatique)

Fiche n° 5394, créée le 22/07/2014 à 15:53 - MàJ le 30/07/2019 à 11:12

France Université Numérique (FUNMOOC)

Le Groupement d’Intérêt Public FUN-MOOC est l’opérateur de la plateforme FUN.


Catégorie : Organisme de formation


Adresse du siège

12 Villa de Lourcine
75014 Paris France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 4012, créée le 05/04/2016 à 06:34

©  Seb Lascoux
Catherine Mongenet, directrice de FUN-Mooc - ©  Seb Lascoux