Début

« La culture du réseau est dans l’ADN des business schools françaises » (D.Manceau)

Paris - Publié le vendredi 21 décembre 2018 à 12 h 08 - n° 136273 « La culture du réseau est dans notre ADN, nous savons l’entretenir en proposant des formats de collaborations innovants. C’est en cultivant cette qualité que notre modèle perdurera avec succès », écrit Delphine ManceauDelphine Manceau, directrice générale de Neoma Business SchoolNeoma Business School, dans une tribune pour News Tank, le 17/12/2018.

Elle propose sa lecture du thème « Réussir seul ou ensemble ? L’ESR français à l'épreuve du collectif », qui sera le fil conducteur des deux jours de l'événement Think Education et Recherche, organisé par News Tank, les 12 et 13/02/2019 à Paris-Dauphine.

« Qu’elle se décline sous la forme de rapprochements, d’alliances ou de partenariats, la démarche collective semble s’imposer comme l’une des clés d’un futur prometteur. L’enseignement supérieur français du management continue de démontrer son excellence, sa qualité d’innovation et son agilité. »
© David Morganti
© David Morganti

« Les doubles diplômes et les partenariats entre écoles de natures différentes se multiplient »

La plupart des business schools françaises ne font pas partie d’institutions pluridisciplinaires où le management est une école parmi d’autres dédiées aux sciences humaines, aux mathématiques, à l’architecture et à de nombreuses autres disciplines. Notre format est très différent de ce que l’on trouve dans de nombreux pays, notamment aux Etats-Unis ou en Chine.

Notre format est très différent de ce que l’on trouve dans de nombreux paysPour autant, plutôt que de constituer un handicap nous isolant d’autres disciplines, nous avons su en faire une source d’agilité pour capitaliser sur une dynamique de réseau. Les doubles diplômes et les partenariats entre écoles de natures différentes, en management, ingénierie, design, art, sciences humaines, se multiplient.

Depuis Artem à Nancy jusqu’au partenariat EssecEssec Business School-CentraleSupelecCentraleSupélec, les associations sont nombreuses. À titre d’exemple, Neoma Business School est aujourd’hui membre d’un réseau d’établissements d’enseignement supérieur rémois de nature et de gouvernance très variées, constitué autour de l’université et qui permet à nos étudiants en PhDPHDPhilosophiæ doctor d’avoir accès au programme (et au diplôme) doctoral de l’UrcaUrcaUniversité de Reims-Champagne-Ardenne (et réciproquement).

Ce réseau donne également lieu à des collaborations étroites sur la chaire interdisciplinaire de bio-économie (avec AgroParisTechAgroParisTech et CentraleSupelec), incite les professeurs de nos deux institutions à réaliser des recherches sur le supercalculateur Romeo, ou encore œuvre conjointement dans le cadre du nouvel Institut des hautes études de l’agriculture (Iheda).

l’ancrage territorial constitue souvent un levier de ces collaborations interdisciplinaires et inter-établissementsCôté rouennais, de même, les collaborations avec les écoles d’ingénieurs sont nombreuses, avec notamment l’accueil d’étudiants ingénieurs locaux au sein de notre incubateur avec à la clé le développement de projets de création d’entreprise communs. On le voit, l’ancrage territorial constitue souvent un levier de ces collaborations interdisciplinaires et inter-établissements, orientées vers une logique de projet et d’action.

« L’association avec les meilleures universités mondiales s’impose aux BSBSBusiness school françaises »

Cette logique d’alliances agiles se déploie également à l’échelle internationale. L’association avec les meilleures universités mondiales s’impose aux business schools françaises avec de nombreux bénéfices. Notamment pour les étudiants, à travers le développement de cursus multi-diplômants, capitalisant sur les expertises fortes de chaque partenaire et sur leur capacité à attirer - et donc mélanger - les meilleurs étudiants de chaque pays.

On pense bien-sûr à la CEMS (The Global Alliance in Management Education). Mais on pourrait aussi citer, au niveau post-bac, le réseau IPBSIPBSPartenariat international des écoles de commerce auquel Neoma Business School appartient, qui a pris sa source en Europe dans les années 80 et intègre désormais des acteurs nord-américains (University of San Diego par exemple) ou brésiliens (la Fundaçao Getulio Vargas - FGV).

Ou encore des réseaux thématiques comme le programme Incubateurs sans frontières initié par notre école avec des partenaires comme l’Université Shanghai Jiao Tong ou FGV justement. Les formats de partenariat se sont largement diversifiés, couvrant des collaborations autour de programmes de formation ou de la recherche.

« Une véritable logique de coopétition entre écoles de management françaises »

Si la concurrence est intense entre nous, nous savons aussi agir dans l’unitéSoulignons également que les liens et les partenariats se situent aussi entre pairs nationaux, entre les écoles de management françaises elles-mêmes, dans une véritable logique de coopétition. En effet, si la concurrence est intense entre nous pour attirer les meilleurs talents (étudiants et professeurs), nous savons aussi agir dans l’unité quand il s’agit de simplifier les voies d’accès à nos programmes à l’instar des banques d’épreuves qui se restructurent aujourd’hui en lien avec la dynamique ParcourSup.

Preuve en est, l’arrivée très récente de sept nouveaux cursus dans Sesame, participant au renforcement de la position de la banque d’épreuves sur le marché des programmes post-bac tout en facilitant la lisibilité des voies d’accès pour les futurs bacheliers. Nous agissons également de concert dans les discussions avec les autorités de tutelle autour des reconnaissances de diplômes ou des dispositifs publics.

Le chapitre des écoles de management de la CGECGEConférence des grandes écoles constitue à cet égard un organe essentiel.

Autre exemple, nous organisons des ateliers d’échanges pour réfléchir aux évolutions du secteur. Ainsi, récemment à Neoma BS, une démarche d’intelligence collective a réuni différents directeurs d’école, des spécialistes de pédagogie, des experts du secteur, des étudiants et de jeunes alumni : ensemble, nous avons réfléchi sur ce que l’on apprend dans les écoles, la nature des savoirs transmis, les compétences et les dispositifs pédagogiques à développer.

« L’enseignement supérieur français peut contribuer à faire bouger les lignes internationales »

Il y a 20 ans, les business schools françaises faisaient figure d’ovnisEn effet, réussir ensemble, c’est être force de proposition et d’innovation dans l’écosystème national et mondial, et ainsi influencer les modèles avec nos propres convictions. L’enseignement supérieur français peut contribuer à faire bouger les lignes internationales avec la promotion de formats d’études innovants. Il y a 20 ans, les business schools françaises, et notamment leurs PGEPGEProgramme grande école, faisaient figure d’ovnis dans un univers dominé par le standard américain du MBA post expérience professionnelle.

Quelle reconnaissance aujourd’hui de les voir figurer en meilleures places des classements mondiaux et des listes d’institutions bénéficiant d’accréditations internationales, tout en observant les programmes masters pré-expérience créés par les universités les plus prestigieuses au monde, telles le MIT. De même, la CGE, en créant en 2002 le label MSc - Master of Science, a su être novatrice et intégrer nos propres atouts dans les meilleurs standards internationaux.

La culture du réseau est dans notre ADNOn le voit, le collectif se décline sous de nombreuses formes et à diverses échelles. Le modèle anglo-saxon n’est plus la seule référence du marché.

L’enseignement supérieur français du management continue de démontrer son excellence, sa qualité d’innovation et son agilité. La culture du réseau est dans notre ADN, nous savons l’entretenir en proposant des formats de collaborations innovants. C’est en cultivant cette qualité que notre modèle perdurera avec succès.

Delphine Manceau

Fiche n° 7266, créée le 05/11/14 à 21:58 - MàJ le 08/04/19 à 18:53

Delphine Manceau

Date de naissance : 12/07/1970

Parcours Depuis Jusqu'à
Neoma Business School
Directrice Août 2017 Aujourd'hui
Août 2017 Aujourd'hui
Ecricome
Directrice 2017 Aujourd'hui
2017 Aujourd'hui
European Business School Paris
Directrice Mars 2016 à Août 2017
Mars 2016 Août 2017
ESCP Europe
Directrice Corporate ESCP 2011 à Février 2016
2011 Février 2016
Institut pour l'Innovation et la Compétitivité
Fondatrice et directrice 2009 à 2012
2009 2012
ESCP Europe
Directrice académique 2005 à 2008
2005 2008
ESCP Europe
Professeur 1997 à 2005
1997 2005
HEC Paris
Assistante pédagogique 1993 à 1996
1993 1996
Êtablissement & diplôme Année(s)
Université Pierre Mendes France - Grenoble 2
HDR 2003 - 2003
2003 2003
HEC Paris
PhD marketing 1992 - 1996
1992 1996
ESCP Europe
Master management 1987 - 1990
1987 1990

Neoma Business School

Fiche n° 1533, créée le 21/02/14 à 14:55 - MàJ le 05/12/14 à 13:24

Neoma Business School



Neoma Business School
1 rue du Maréchal Juin
76825 Mont-Saint-Aignan Cedex - FRANCE
Téléphone : 02.32.82.57.00
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1